Ginobili n'a connu qu'un maillot en 16 ans passés sur les parquets NBA, celui en blanc et noir floqué de l'éperon des Spurs, formant un des plus redoutables "Big3" de l'histoire, aux côtés de Tim Duncan, déjà présent dans le Panthéon de la gloire, et du Français Tony Parker qui ne devrait pas tarder à les rejoindre. Ensemble, sous la houlette de l'entraîneur Gregg Popovich, ils ont fait de l'équipe texane une des plus dominantes des années 2000. "El Manu" n'est pas encore admis au Hall of Fame. Il saura s'il l'est ou pas le 2 avril, pour une intronisation officielle prévue le week-end du 9 et 10 septembre à Springfield (Massachusetts). Mais il fait guère de doute que ce joueur fantasque au talent unique, détonnant dans une ligue où les aptitudes physiques priment, et à la soif de victoires invétérée, soit honoré. Deux autres anciennes stars de la NBA devraient l'être: Michael Cooper, cinq fois champion avec les Los Angeles Lakers période Magic Johnson dans les années 80, et Tim Hardaway, formidable dribbleur pourvoyeur de spectacle quand il jouait à Golden State et Miami dans les années 90, sélectionné à cinq reprises au All-Star Game. Les huit autres finalistes sont l'ancien joueur de Milwaukee Marques Johnson, Lindsay Whalen, quatre fois championne WNBA (ligue féminine) et Swin Cash, trois fois championne WNBA, qui ont chacune remporté deux médailles d'or olympiques, ainsi que Hugh Evans, arbitre de la NBA depuis 28 ans, et les entraîneurs Leta Andrews, Marianne Stanley, Bob Huggins et George Karl. (Belga)

Ginobili n'a connu qu'un maillot en 16 ans passés sur les parquets NBA, celui en blanc et noir floqué de l'éperon des Spurs, formant un des plus redoutables "Big3" de l'histoire, aux côtés de Tim Duncan, déjà présent dans le Panthéon de la gloire, et du Français Tony Parker qui ne devrait pas tarder à les rejoindre. Ensemble, sous la houlette de l'entraîneur Gregg Popovich, ils ont fait de l'équipe texane une des plus dominantes des années 2000. "El Manu" n'est pas encore admis au Hall of Fame. Il saura s'il l'est ou pas le 2 avril, pour une intronisation officielle prévue le week-end du 9 et 10 septembre à Springfield (Massachusetts). Mais il fait guère de doute que ce joueur fantasque au talent unique, détonnant dans une ligue où les aptitudes physiques priment, et à la soif de victoires invétérée, soit honoré. Deux autres anciennes stars de la NBA devraient l'être: Michael Cooper, cinq fois champion avec les Los Angeles Lakers période Magic Johnson dans les années 80, et Tim Hardaway, formidable dribbleur pourvoyeur de spectacle quand il jouait à Golden State et Miami dans les années 90, sélectionné à cinq reprises au All-Star Game. Les huit autres finalistes sont l'ancien joueur de Milwaukee Marques Johnson, Lindsay Whalen, quatre fois championne WNBA (ligue féminine) et Swin Cash, trois fois championne WNBA, qui ont chacune remporté deux médailles d'or olympiques, ainsi que Hugh Evans, arbitre de la NBA depuis 28 ans, et les entraîneurs Leta Andrews, Marianne Stanley, Bob Huggins et George Karl. (Belga)