"J'ai passé douze jours avec l'équipe nationale japonaise, à Tokyo", a raconté la Mouscronnoise. "Mon coach, Horatiu Droc, avait envie d'aller au Japon, car leurs brasseuses sont très fortes. Je me suis entraînée avec d'excellents spécialistes de la brasse, comme Kosuke Kitajima, champion olympique sur 100m et 200m à Athènes et à Pékin, et des filles qui ont battu récemment Kanako Watanabe, la championne du monde." Lecluyse est ravie de l'expérience: "C'était très chouette de m'entraîner avec des brasseuses de mon niveau. En Belgique, je dois soit m'entraîner avec les messieurs soit m'entraîner seule... Cela m'a fait du bien, notamment au niveau de la technique. Ils m'ont montré différents exercices que je peux faire à l'entraînement. Ils ont une autre manière de s'entraîner. Tous les jours, ils font des entraînements durs, qu'ils combinent avec de la technique. Nous avons échangé nos avis, c'était très intéressant." Championne d'Europe en décembre dernier, Lecluyse pense qu'elle a encore une marge de progression. "Je peux encore m'améliorer. Par exemple au niveau de la technique, du mouvement des jambes... Avec le titre conquis à Netanya, je sais que mon travail peut être récompensé. Cela me motive pour la suite." L'objectif principal de la saison est bien entendu les Jeux Olympiques de Rio de Janeiro. L'année olympique démarrera, pour Lecluyse, à Charleroi. Les 27 et 28 février, elle disputera les championnats francophones où un programme copieux l'attend. "Je la prends comme une compétition d'entraînement. En tenant compte des relais et des séries, je disputerai normalement 18 courses. Je verrai comment je nage en étant fatiguée. Le mois suivant, je disputerai les championnats d'Espagne Open. Ce sera la première fois de l'année où je trouverai une forte concurrence, car il y aura quelques nageuses du top. En mai, il y a l'Euro à Londres. Ce sera une bonne répétition en vue des Jeux Olympiques..." . (Belga)

"J'ai passé douze jours avec l'équipe nationale japonaise, à Tokyo", a raconté la Mouscronnoise. "Mon coach, Horatiu Droc, avait envie d'aller au Japon, car leurs brasseuses sont très fortes. Je me suis entraînée avec d'excellents spécialistes de la brasse, comme Kosuke Kitajima, champion olympique sur 100m et 200m à Athènes et à Pékin, et des filles qui ont battu récemment Kanako Watanabe, la championne du monde." Lecluyse est ravie de l'expérience: "C'était très chouette de m'entraîner avec des brasseuses de mon niveau. En Belgique, je dois soit m'entraîner avec les messieurs soit m'entraîner seule... Cela m'a fait du bien, notamment au niveau de la technique. Ils m'ont montré différents exercices que je peux faire à l'entraînement. Ils ont une autre manière de s'entraîner. Tous les jours, ils font des entraînements durs, qu'ils combinent avec de la technique. Nous avons échangé nos avis, c'était très intéressant." Championne d'Europe en décembre dernier, Lecluyse pense qu'elle a encore une marge de progression. "Je peux encore m'améliorer. Par exemple au niveau de la technique, du mouvement des jambes... Avec le titre conquis à Netanya, je sais que mon travail peut être récompensé. Cela me motive pour la suite." L'objectif principal de la saison est bien entendu les Jeux Olympiques de Rio de Janeiro. L'année olympique démarrera, pour Lecluyse, à Charleroi. Les 27 et 28 février, elle disputera les championnats francophones où un programme copieux l'attend. "Je la prends comme une compétition d'entraînement. En tenant compte des relais et des séries, je disputerai normalement 18 courses. Je verrai comment je nage en étant fatiguée. Le mois suivant, je disputerai les championnats d'Espagne Open. Ce sera la première fois de l'année où je trouverai une forte concurrence, car il y aura quelques nageuses du top. En mai, il y a l'Euro à Londres. Ce sera une bonne répétition en vue des Jeux Olympiques..." . (Belga)