Nairo Quintana et Alejandro Valverde veulent cependant mener la vie dure au coureur de Jumbo-Visma, pointé à six secondes de Quintana au général du Tour d'Espagne. Les hommes de Movistar promettent le feu, mais à partir de mercredi, au lendemain d'un contre-la-montre à Pau mardi, favorable à leurs adversaires, qui devrait bouleverser une hiérarchie bien changeante dans cette Vuelta très ardue. "On n'a pas encore vraiment établi de stratégie", a expliqué Nairo Quintana lors de la journée de repos lundi sur le Tour d'Espagne. "Nous sommes avec Alejandro (Valverde, ndlr) les deux leaders, mais le plus important reste l'équipe dans son ensemble. Nous collaborons et celui qui aura les meilleures jambes à la fin, sera celui qui sera soutenu. Nous avons une forte équipe et nous sommes sur la même longueur depuis le début de la Vuelta", a lancé Nairo Quintana qui avait souhaité quitter Movistar pour évoluer dans une équipe qui le soutient à 100%. "Les étapes dans les Asturies et vers Los Machucos seront encore trè dures surtout que ce sera en troisième semaine. On peut aller chercher encore de précieuses secondes dans les montagnes", a ajouté le Colombien. Qui de Valverde ou Quintana sera l'homme protégé en troisième semaine à la Vuelta ? Le champion du monde noie le poisson en expliquant aussi qu'il n'y a aucune rivalité avec Nairo Quintana. "L'important est que l'équipe gagne le Tour d'Espagne", a assuré Alejandro Valverde vainqueur en 2009 de la Vuelta. "On peut être fier de ce que l'on réalise. Nous sommes tous les deux en bonne santé, nous avons gagné deux étapes, Nairo est en en tête et je suis 4e (à 20 secondes de son équipier). Beaucoup de choses peuvent encore se passer, c'est une course très ouverte. Nos deux principaux concurrents sont Roglic et Lopez (Miguel Angel, le Colombien de l'équipe Astana, à 17 secondes de Quintana au général). Mais si Nairo est en tête à la fin et que je suis deuxième, il n'y aura pas de rivalité pour la victoire finale." (Belga)