Le talent de Nafissatou Thiam transpira très jeune, dès 2013, sous la forme du record du monde juniors du pentathlon en salle (non homologué faute d'avoir pu passer un contrôle antidopage) et d'un titre de championne d'Europe juniors de l'heptathlon. A tel point que les observateurs avisés de l'époque lui prédisaient un avenir doré à l'horizon 2020 aux Jeux de Tokyo. Comme souvent la valeur n'attend pas le nombre des années, en sport moins qu'ailleurs. A la surprise générale, Nafi s'est offert en 2016 à quelques jours de son 22e anniversaire un sacre olympique sous le regard approbateur du célèbre Christ au sommet du Corcovado de Rio de Janeiro. Depuis lors, la Namuroise règne sur les épreuves multiples et n'a plus connu la défaite que ce soit en salle ou en plein air, soit 7 victoires en autant de compétitions disputées (dont une en salle). Elle a ajouté à ses conquêtes: le monde à Londres en 2017 et l'Europe l'année suivante à Berlin. La reine de l'heptathlon a, au passage, réalisé la meilleure performance dans sa discipline depuis dix ans (7.013 points) à Götzis, le sanctuaire des épreuves multiples, en 2017. Et d'épreuves, Nafi Thiam en a vaincues quelques-unes cette année avant de se présenter mercredi sur le coup de 17h05 locales (16h05 belges) au départ du 100m haies, la première des sept pièces qui composent son puzzle si difficile à terminer. A commencer par les blessures: une déchirure au mollet gauche le 7 janvier lors d'un stage à Stellenbosch en Afrique du Sud et une autre au coude droit le 23 juin pendant le Décastar de Talence en France. Et sur un autre plan, elle a conclu avec succès son baccalauréat en géographie à l'université de Liège. Là voilà désormais pleinement concentrée sur l'excellence sportive, sa matière favorite. A Doha, Thiam devra composer avant tout avec elle-même, comme elle aime à le souligner. Sa plus redoutable rivale devrait s'appeler Katarina Johnson-Thompson. La Britannique, vice-championne d'Europe à Berlin et championne d'Europe en salle du pentathlon en mars, a réussi son record cette année (6.813 points) à six unités du résultat de l'athlète du RFCL à Talence (6.819). La fédération internationale qui souhaite mettre les épreuves combinées davantage en évidence en organisant heptathlon féminin et décathlon masculin lors des deux mêmes journées de compétition, une première, présente d'ailleurs le duel Nafi-KTJ comme l'un des grands moments de ces Mondiaux au Moyen Orient. Si jeudi peu après 23 heures (belges), minuit au Qatar, elle voit toutes ses adversaires venir la féliciter au terme du 800m, Nafissatou Thiam deviendra la troisième heptathlonienne à avoir remporté deux couronnes mondiales consécutives. Carolina Klüft et Jessica Ennis-Hill ont été les premières. La Suédoise a réussi un triplé (2003-2005-2007) et la Britannique, vainqueur en 2009 et 2011, a obtenu son 3e titre en 2015. L'Américaine Jackie Joyner-Kersee, qui détient le record du monde avec 7.291 points depuis 1988, compte deux titres mondiaux (1987-1993) tout comme l'Allemande Sabine Braun (1991-1997). (Belga)