Sa blessure au coude survenue le 23 juin lors du Décastar de Talence, qui l'avait privée d'une meilleure performance encore que ses 6.819 points réalisés (MPM de l'année, néanmoins), reste la grande inconnue. Selon Roger Lespagnard, son entraîneur, la douleur a disparu et elle a pu s'exercer au javelot. Reste une possible appréhension au moment de la compétition jeudi. "Je porterai une bande de protection, on verra. Dans le sport, il y a des choses que l'on ne contrôle pas. J'ai travaillé très dur pour récupérer de mes blessures (déchirure au mollet gauche le 7 janvier et le coude, NDLR), s'il y a un facteur chance, je me sens chanceuse d'avoir été capable de revenir malgré mes blessures." Elle avait aussi été blessée au coude avant les Jeux de Rio, et cela ne l'avait pas empêchée de s'imposer. "C'est différent. La blessure est moins grave qu'à l'époque et j'ai eu le double de temps pour me rétablir", a-t-elle précisé, témoignant d'une certaine confiance sur le plan physique. Les conditions de la compétition avec un horaire beaucoup plus resserré, la chaleur extrême en journée hors du stade et l'absence de public ne gênent pas Nafi Thiam, a priori. "Au niveau des horaires, je n'ai rien à redire. Enchaîner les épreuves c'est bien. Les conditions dans le stade ne posent pas de problème, c'est plutôt dehors où il est impossible de marcher un kilomètre. Et je m'échaufferai en salle (qui est aussi climatisée)." Le manque de spectateurs? "Cela ne change rien. C'est juste dommage pour un bel événement comme les championnats du monde." S'exprimant en conclusion sur le niveau de forme dont elle estime disposer à l'abord de ces Mondiaux, elle est restée là encore sereine, sans excès d'optimisme: "Je ne peux pas dire que je suis dans la meilleure forme de ma vie, parce que j'ai eu ma blessure, mais je me sens bien". Ce qu'elle tempère: "on peut avoir une très bonne préparation et se louper en championnat et avoir une préparation très difficile et que cela marche quand même." . (Belga)