Si l'arrivée de Pini Zahavi a permis de rafraîchir les finances du club et de faire venir quelques joueurs de qualité à Mouscron, il n'en reste pas moins qu'elle inquiète encore sur le plus long terme. La démission récente d'Edward Van Daele ne dit pas l'inverse. Le départ, l'été passé, de Clément Petit, l'un des joyaux du Futuro, pour Anderlecht avait d'ailleurs fait craindre le pire à Fernando Da Cruz, encore officiellement directeur du Futurosport pour une grosse semaine :

"Comme tout le monde, on a douté cet été. Malheureusement, et suite au départ du LOSC, on n'a pas pu tenir nos engagements envers Clément. On se demandait comment cela allait se passer de travailler avec des agents, mais force est de constater que quand il y a de la qualité, il y a toujours des gens à l'écoute."

Les incorporations prévues pour cet été de deux jeunes du Futuro (Maxime Ba et Nouam De Preseux) pourraient bien être un peu plus que de simples signaux positifs envoyés à la jeunesse mouscronnoise. Toujours est-il que pour durer et redonner du sens à l'Excel, c'est le RMP de Van Daele qui va devoir se sauver :

"On ne peut pas avoir cette étiquette de loser qui nous colle aux basques comme le sparadrap du capitaine Haddock. Et pour ce faire, il faut durer." Fatigué des conflits internes et estimant avoir assez donné aux Hurlus, Van Daele, lui, a préféré avancer son départ.

Ses vieux jours, il les passera au Nicaragua. Loin, très loin du RMP, mais surtout hors de portée du Canonnier. Sa dernière mission consistera donc à se trouver un successeur. Un défi de taille. Un de plus pour un club qui semble avoir appris à vivre dangereusement ces dernières années.

Par Martin Grimberghs

Retrouvez l'intégralité de l'article consacré à Mouscron dans votre Sport/Foot Magazine

Si l'arrivée de Pini Zahavi a permis de rafraîchir les finances du club et de faire venir quelques joueurs de qualité à Mouscron, il n'en reste pas moins qu'elle inquiète encore sur le plus long terme. La démission récente d'Edward Van Daele ne dit pas l'inverse. Le départ, l'été passé, de Clément Petit, l'un des joyaux du Futuro, pour Anderlecht avait d'ailleurs fait craindre le pire à Fernando Da Cruz, encore officiellement directeur du Futurosport pour une grosse semaine :"Comme tout le monde, on a douté cet été. Malheureusement, et suite au départ du LOSC, on n'a pas pu tenir nos engagements envers Clément. On se demandait comment cela allait se passer de travailler avec des agents, mais force est de constater que quand il y a de la qualité, il y a toujours des gens à l'écoute."Les incorporations prévues pour cet été de deux jeunes du Futuro (Maxime Ba et Nouam De Preseux) pourraient bien être un peu plus que de simples signaux positifs envoyés à la jeunesse mouscronnoise. Toujours est-il que pour durer et redonner du sens à l'Excel, c'est le RMP de Van Daele qui va devoir se sauver :"On ne peut pas avoir cette étiquette de loser qui nous colle aux basques comme le sparadrap du capitaine Haddock. Et pour ce faire, il faut durer." Fatigué des conflits internes et estimant avoir assez donné aux Hurlus, Van Daele, lui, a préféré avancer son départ.Ses vieux jours, il les passera au Nicaragua. Loin, très loin du RMP, mais surtout hors de portée du Canonnier. Sa dernière mission consistera donc à se trouver un successeur. Un défi de taille. Un de plus pour un club qui semble avoir appris à vivre dangereusement ces dernières années.Par Martin GrimberghsRetrouvez l'intégralité de l'article consacré à Mouscron dans votre Sport/Foot Magazine