Comme de coutume, cet événement s'affiche comme le point final d'une saison consacrée aux épreuves internationales de motocross. Un gigantesque rendez-vous sportif annuel. Une conclusion qui se veut aussi une fête incontournable rassemblant les meilleurs pilotes de la planète et ceux qui les ont entourés avec plus ou moins de succès durant l'année. Compte tenu du nombre de participants (93 pilotes), la formule débutera, samedi, par une qualification rigoureuse afin de rassembler les représentants de 19 nations (37 pilotes) pour les épreuves finales. En clair, trois courses (chacune d'elles par catégorie: MXGP/MX2/Open) formeront le fondement de cette sélection en fonction des 2 meilleurs résultat s'affronteront dimanche, les "écartés" disputeront une simple course dont le vainqueur rejoindra tout de même les pays finalistes qualifiés la veille, soit 20 équipes qui s'affronteront entre elles, dans l'ordre suivant, MXGP/MX2 (manche 1), Open/MX2 (manche 2) et MXGP/Open (manche 3). Ce sont les Etats-Unis qui paraissent les grands favoris. Ils disposent d'une artillerie impressionnante: Eli Tomac (MXGP), Mitch Plessinger (MX2) et Justin Barcia (Open). En revanche, la sélection française, victorieuse ces quatre dernières années, paraît fragilisée. Au contraire de celle des Néerlandais: Jeffrey Herlings (MXGP), Calvin Vlaanderen (MX2), Glen Coldenhoff (Open) et des Belges avec Clément Desalle (MXGP), Jago Geerts (MX2), Jérémy Van Horebeek (Open), qui figurent parmi les principaux outsiders. (Belga)