Rien n'a été divulgué et pourtant il semble bien que la ville de Mons ait décidé de ne prendre aucun risque dans le dossier du stade de Mons. Alors que le dossier est en attente de l'aval de la Région Wallonne pour l'obtention des subsides, la participation de la ville de Mons (10 millions d'euros) avait été actée dans le budget 2014.

Or, ces 10 millions n'ont pas vraiment été budgétés. "C'est plus compliqué que cela", explique le bourgmestre montois, Nicolas Martin. "Le volet Albert, comme d'autres projets, se trouvent dans la partie dossier à subsidier. Il est en attente d'une décision ministérielle. Ce n'est que quand cette décision sera tombée que la ville décidera ou pas d'activer ce budget. Pour schématiser, aujourd'hui, cette inscription est théorique et il n'y a pas encore de crédit derrière."

Le dossier suit donc son cours comme si de rien n'était (un bureau d'architecte a été mandaté) mais les résultats actuels du RAEC Mons et le spectre d'une descente en D2 freinent les différentes parties. "La ville a dit au club qu'il n'y aurait pas d'accord sur les infrastructures tant qu'il n'y aurait pas d'accord global au niveau des droits et des devoirs de chacun", continue Martin. "La ville ne va pas investir dans une structure dont la viabilité n'est pas garantie. Ce serait une mauvaise gestion des deniers publics." Donc, pas de subsides pour le stade tant que Dominique Leone ne garantit pas sa présence les prochaines saisons, même en cas de chute en D2.

par stéphane vande velde

Rien n'a été divulgué et pourtant il semble bien que la ville de Mons ait décidé de ne prendre aucun risque dans le dossier du stade de Mons. Alors que le dossier est en attente de l'aval de la Région Wallonne pour l'obtention des subsides, la participation de la ville de Mons (10 millions d'euros) avait été actée dans le budget 2014.Or, ces 10 millions n'ont pas vraiment été budgétés. "C'est plus compliqué que cela", explique le bourgmestre montois, Nicolas Martin. "Le volet Albert, comme d'autres projets, se trouvent dans la partie dossier à subsidier. Il est en attente d'une décision ministérielle. Ce n'est que quand cette décision sera tombée que la ville décidera ou pas d'activer ce budget. Pour schématiser, aujourd'hui, cette inscription est théorique et il n'y a pas encore de crédit derrière." Le dossier suit donc son cours comme si de rien n'était (un bureau d'architecte a été mandaté) mais les résultats actuels du RAEC Mons et le spectre d'une descente en D2 freinent les différentes parties. "La ville a dit au club qu'il n'y aurait pas d'accord sur les infrastructures tant qu'il n'y aurait pas d'accord global au niveau des droits et des devoirs de chacun", continue Martin. "La ville ne va pas investir dans une structure dont la viabilité n'est pas garantie. Ce serait une mauvaise gestion des deniers publics." Donc, pas de subsides pour le stade tant que Dominique Leone ne garantit pas sa présence les prochaines saisons, même en cas de chute en D2. par stéphane vande velde