"Je me sentais vraiment très fort aujourd'hui, mais je n'ai vraiment commencé à y croire qu'à la fin", a confié Wout van Aert. "Tout le monde s'attendait pourtant à un one-man-show de Mathieu van der Poel. J'ai su de suite que j'étais dans un super jour. Tim Merlier a fait son boulot, il a maintenu le rythme et cela m'a permis de me sentir au mieux". Wout van Aert est ainsi resté calme à chaque instant d'une course qu'il a maîtrisée parfaitement dans ses aléas. Il remerciait pour cela aussi son coach mental, Rudy Heylen. "Il m'avait déjà bien aidé aux championnats de Belgique. Et aujourd'hui encore." "Je savais que la dernière portion était importante, mais à chaque fois je m'y sentais bien aussi. J'ai accéléré et j'ai creusé un petit trou. Ce titre représente beaucoup pour moi. Le conquérir devant son public est encore mieux. Même si la charge émotionnelle était plus forte aux championnats de Belgique. Mais je voulais vraiment ce maillot arc-en-ciel, c'est le moins que l'on puisse dire." (Belga)

"Je me sentais vraiment très fort aujourd'hui, mais je n'ai vraiment commencé à y croire qu'à la fin", a confié Wout van Aert. "Tout le monde s'attendait pourtant à un one-man-show de Mathieu van der Poel. J'ai su de suite que j'étais dans un super jour. Tim Merlier a fait son boulot, il a maintenu le rythme et cela m'a permis de me sentir au mieux". Wout van Aert est ainsi resté calme à chaque instant d'une course qu'il a maîtrisée parfaitement dans ses aléas. Il remerciait pour cela aussi son coach mental, Rudy Heylen. "Il m'avait déjà bien aidé aux championnats de Belgique. Et aujourd'hui encore." "Je savais que la dernière portion était importante, mais à chaque fois je m'y sentais bien aussi. J'ai accéléré et j'ai creusé un petit trou. Ce titre représente beaucoup pour moi. Le conquérir devant son public est encore mieux. Même si la charge émotionnelle était plus forte aux championnats de Belgique. Mais je voulais vraiment ce maillot arc-en-ciel, c'est le moins que l'on puisse dire." (Belga)