Sacré champion du monde à Innsbruck en Autriche l'an passé, devançant un autre spécialiste de l'épreuve, le Néerlandais Tom Dumoulin, Dennis (Bahrain-Merida), 29 ans, avait jeté l'éponge sur la Grande Boucle au matin de la 12e étape en juillet, sans explications précises. "Je me sens physiquement bien, comme l'an passé. Les tests que j'ai réalisés il y a deux semaines sont les meilleurs que je n'ai jamais faits", a déclaré l'Australien, spécialiste du chrono et qui a déjà endossé le maillot de leader lors de chacun des trois "grands tours". "Il y a des jours où c'est compliqué psychologiquement mais je pense que je peux conserver mon titre. La Vuelta aurait été une très bonne préparation, mais cela n'a pas été le cas", a-t-il regretté. Dennis devait réintégrer l'équipe Bahrain-Merida sur le Tour d'Espagne - qui se termine dimanche - mais son nom a été retiré de la liste juste avant le départ à Torrevieja. Selon plusieurs médias, Dennis et son équipe auraient auparavant été en désaccord lors du Tour de France sur le matériel utilisé et la combinaison portée par l'Australien, raison de son abandon prématuré. "Ce que j'ai fait? Je me suis simplement retiré de la course. Mais cela a pris des proportions énormes", a-t-il brièvement expliqué dans les colonnes de "The Advertiser", quotidien australien publié à Adélaïde. Dennis s'alignera en Angleterre fin septembre avec un vélo sans sponsor, toujours selon le quotidien australien. (Belga)