Gilbert a exploré le parcours samedi matin. Il s'est rendu à cinq reprises au-dessus des Igls - la longue ascension de 7,9 km à 5,7 pourcent de moyenne- et une fois au-dessus de la longue ascension finale. "J'ai eu mon accélération normale", a-t-il déclaré. "39:28 (la plupart des Belges monteront la dernière montée dimanche en 39:30) et c'était un peu trop lourd. J'ai à peine atteint entre cinq et sept kilomètres à l'heure, tout en donnant le maximum. La montée avant cela, les Igls, est plus abordable, mais cela rendra la course extrêmement difficile si vous passez un tour à chaque fois." Les Belges doivent profiter, selon Gilbert, du fait qu'ils ne soient pas favoris. "Nous ne devons pas rouler en tête comme les années précédentes", explique-t-il. "Nous ne devons pas contrôler la course, nous pouvons opérer depuis une position d'underdog. Vous devez profiter de cette situation, vous pouvez ainsi garder autant de coureurs que possible pour la fin de la course. À la moitié de la course, vous pourrez alors agir et positionner vos pions. Il s'agit d'un parcours difficile, vraiment lourd, mais c'est aussi un parcours que vous pouvez 'anticiper'. Si un groupe s'organise, cela peut aller loin. Beaucoup de coureurs auront peur de cette montée finale et voudront y aller plus tôt. Cela peut nous convenir. Nous avons différents hommes de tête et vous devez en profiter, bien que Dylan Teuns me semble être notre meilleur atout. Si vous regardez ses performances des dernières semaines, il est la carte à avancer. Sur un tel parcours, on saura assez vite qui est le Belge le plus fort. Je place tout de même Alaphilippe comme le favori numéro 1. Cela me semble logique après ses performances des dernières semaines, mais le favori ne gagne pas toujours." (Belga)

Gilbert a exploré le parcours samedi matin. Il s'est rendu à cinq reprises au-dessus des Igls - la longue ascension de 7,9 km à 5,7 pourcent de moyenne- et une fois au-dessus de la longue ascension finale. "J'ai eu mon accélération normale", a-t-il déclaré. "39:28 (la plupart des Belges monteront la dernière montée dimanche en 39:30) et c'était un peu trop lourd. J'ai à peine atteint entre cinq et sept kilomètres à l'heure, tout en donnant le maximum. La montée avant cela, les Igls, est plus abordable, mais cela rendra la course extrêmement difficile si vous passez un tour à chaque fois." Les Belges doivent profiter, selon Gilbert, du fait qu'ils ne soient pas favoris. "Nous ne devons pas rouler en tête comme les années précédentes", explique-t-il. "Nous ne devons pas contrôler la course, nous pouvons opérer depuis une position d'underdog. Vous devez profiter de cette situation, vous pouvez ainsi garder autant de coureurs que possible pour la fin de la course. À la moitié de la course, vous pourrez alors agir et positionner vos pions. Il s'agit d'un parcours difficile, vraiment lourd, mais c'est aussi un parcours que vous pouvez 'anticiper'. Si un groupe s'organise, cela peut aller loin. Beaucoup de coureurs auront peur de cette montée finale et voudront y aller plus tôt. Cela peut nous convenir. Nous avons différents hommes de tête et vous devez en profiter, bien que Dylan Teuns me semble être notre meilleur atout. Si vous regardez ses performances des dernières semaines, il est la carte à avancer. Sur un tel parcours, on saura assez vite qui est le Belge le plus fort. Je place tout de même Alaphilippe comme le favori numéro 1. Cela me semble logique après ses performances des dernières semaines, mais le favori ne gagne pas toujours." (Belga)