Grégoire figurait dans le groupe de tête avec deux équipiers, Eddy Le Huitouze et Pierre Gautherat, à 6 km de l'arrivée lorsqu'une chute est survenue au pied du Wijnpers. "On était en bonne position avec l'équipe de France", a commenté Grégoire. "On a été un peu gêné par une chute. Pierre était notre carte N.1 dans le final. Il était vraiment bien et il est tombé au pied du raidard, ça nous a mis un peu dans le jus. J'étais en dernière position dans le groupe, je n'arrive pas à prendre la roue de Hagenes et la victoire s'est envolée. Impossible de reprendre la roue sur le plat il était plus fort. Deuxième c'est déjà ça, mais ce n'est pas top", a poursuivi le Français. Selon Grégoire, "Hagenes était au-dessus une fois qu'on avait basculé. Après si j'étais dans sa roue dans le raidard, j'aurais pu essayer de la tenir, ça serait peut-être passé différemment, mais une fois que j'ai basculé 5 secondes derrière lui c'était fini, il était plus fort sur le plat." (Belga)

Grégoire figurait dans le groupe de tête avec deux équipiers, Eddy Le Huitouze et Pierre Gautherat, à 6 km de l'arrivée lorsqu'une chute est survenue au pied du Wijnpers. "On était en bonne position avec l'équipe de France", a commenté Grégoire. "On a été un peu gêné par une chute. Pierre était notre carte N.1 dans le final. Il était vraiment bien et il est tombé au pied du raidard, ça nous a mis un peu dans le jus. J'étais en dernière position dans le groupe, je n'arrive pas à prendre la roue de Hagenes et la victoire s'est envolée. Impossible de reprendre la roue sur le plat il était plus fort. Deuxième c'est déjà ça, mais ce n'est pas top", a poursuivi le Français. Selon Grégoire, "Hagenes était au-dessus une fois qu'on avait basculé. Après si j'étais dans sa roue dans le raidard, j'aurais pu essayer de la tenir, ça serait peut-être passé différemment, mais une fois que j'ai basculé 5 secondes derrière lui c'était fini, il était plus fort sur le plat." (Belga)