D'hoore a été placée aux avant-postes à 2,8 km du finish par Lotte Kopecky, mais ne s'est pas retrouvée en toute première ligne. "C'était chaotique à la fin. A 8 ou 9 kilomètres, des trains se faisaient déjà pour le sprint. C'était très tôt, et Lotte et moi on roulait un peu au milieu de tout ça. J'ai gaspillé des forces en m'exposant au vent. C'était très difficile de garder sa position devant. Lotte a bien fait son boulot en me plaçant à l'avant, mais nous étions encore loin. J'étais un peu trop éloignée, mais je pensais qu'il était encore possible pour moi d'y arriver. L'Allemagne et l'Italie étaient également éloignées, je pouvais peut-être m'avancer avec elles. J'ai misé là-dessus, mais je n'ai ensuite pas réussi à me glisser davantage vers l'avant. Quand j'ai vu le train des Néerlandaises, je savais que c'était perdu". D'hoore a encore accéléré dans le sprint, mais est restée coincée à la 10e place. "J'aurais bien aimé être dans la roue de Kirsten Wild. C'est très frustrant, car j'avais pris le départ avec des attentes élevées. Oui, j'ai déjà une médaille de bronze de l'omnium olympique, mais je n'y pensais pas ici, pendant la course". La jeune femme relativise toutefois. "La championne du monde Amalie s'est bien débrouillée toute seule à la fin, il faut avoir un peu de chance également, dans un sprint. Je ne peux que me reprocher des choses à moi-même. Il faut parfois forcer un peu la chance, ce que je n'ai pas réussi à faire ici. C'est compliqué à expliquer. C'est une réelle déception, car pendant la course tout allait parfaitement, j'avais pu économiser des forces et j'étais en pleine confiance, l'équipe aussi". (Belga)

D'hoore a été placée aux avant-postes à 2,8 km du finish par Lotte Kopecky, mais ne s'est pas retrouvée en toute première ligne. "C'était chaotique à la fin. A 8 ou 9 kilomètres, des trains se faisaient déjà pour le sprint. C'était très tôt, et Lotte et moi on roulait un peu au milieu de tout ça. J'ai gaspillé des forces en m'exposant au vent. C'était très difficile de garder sa position devant. Lotte a bien fait son boulot en me plaçant à l'avant, mais nous étions encore loin. J'étais un peu trop éloignée, mais je pensais qu'il était encore possible pour moi d'y arriver. L'Allemagne et l'Italie étaient également éloignées, je pouvais peut-être m'avancer avec elles. J'ai misé là-dessus, mais je n'ai ensuite pas réussi à me glisser davantage vers l'avant. Quand j'ai vu le train des Néerlandaises, je savais que c'était perdu". D'hoore a encore accéléré dans le sprint, mais est restée coincée à la 10e place. "J'aurais bien aimé être dans la roue de Kirsten Wild. C'est très frustrant, car j'avais pris le départ avec des attentes élevées. Oui, j'ai déjà une médaille de bronze de l'omnium olympique, mais je n'y pensais pas ici, pendant la course". La jeune femme relativise toutefois. "La championne du monde Amalie s'est bien débrouillée toute seule à la fin, il faut avoir un peu de chance également, dans un sprint. Je ne peux que me reprocher des choses à moi-même. Il faut parfois forcer un peu la chance, ce que je n'ai pas réussi à faire ici. C'est compliqué à expliquer. C'est une réelle déception, car pendant la course tout allait parfaitement, j'avais pu économiser des forces et j'étais en pleine confiance, l'équipe aussi". (Belga)