"Je suis content de notre prestation, je pense que nous nous sommes livrés à fond", a expliqué Ben Hermans. "On nourrissait un petit espoir de médaille mais cela ne s'est pas concrétisé. Il faut se rendre compte que les Allemandes et les Néerlandaises sont extrêmement fortes, tout autant que les Italiennes et les Danoises. Nous le savions. Il n'y avait donc pas beaucoup à revendiquer contre ces nations. Je dirai aussi qu'il est difficile de faire une grande différence avec le trio masculin. Les Italiens, par exemple, avec le champion du monde Ganna, ne nous a pris que 20 secondes, ce qui n'est pas énorme. On peut donc se dire que nous avons bien roulé. La grande différence vient du côté de nos féminines." Ben Hermans ne disputera pas la course en ligne de dimanche. "Je ne suis pas sélectionné, même si je l'espérais. C'est comme ça. Nous avons une équipe très forte avec nos fers de lance Remco Evenepoel et Wout van Aert et les équipiers qui, eux aussi, sont des coureurs capables de s'imposer. Je leur souhaite le meilleur résultat possible en sachant que devenir champion du monde ne sera pas chose facile. Jadis, dans un mondial, on commençait à avoir mal aux jambes après 200 kilomètres. Aujourd'hui, c'est après 240 kilomètres, ce qui montre que le niveau est de plus en plus élevé. La finale sera intéressante." Ben Hermans disputera prochainement une série de courses en Italie, notamment le Giro dell'Emilia, Milan-Turin, le Tour de Lombardie et peut-être encore le Chrono des Nations en France pour terminer sa saison. (Belga)

"Je suis content de notre prestation, je pense que nous nous sommes livrés à fond", a expliqué Ben Hermans. "On nourrissait un petit espoir de médaille mais cela ne s'est pas concrétisé. Il faut se rendre compte que les Allemandes et les Néerlandaises sont extrêmement fortes, tout autant que les Italiennes et les Danoises. Nous le savions. Il n'y avait donc pas beaucoup à revendiquer contre ces nations. Je dirai aussi qu'il est difficile de faire une grande différence avec le trio masculin. Les Italiens, par exemple, avec le champion du monde Ganna, ne nous a pris que 20 secondes, ce qui n'est pas énorme. On peut donc se dire que nous avons bien roulé. La grande différence vient du côté de nos féminines." Ben Hermans ne disputera pas la course en ligne de dimanche. "Je ne suis pas sélectionné, même si je l'espérais. C'est comme ça. Nous avons une équipe très forte avec nos fers de lance Remco Evenepoel et Wout van Aert et les équipiers qui, eux aussi, sont des coureurs capables de s'imposer. Je leur souhaite le meilleur résultat possible en sachant que devenir champion du monde ne sera pas chose facile. Jadis, dans un mondial, on commençait à avoir mal aux jambes après 200 kilomètres. Aujourd'hui, c'est après 240 kilomètres, ce qui montre que le niveau est de plus en plus élevé. La finale sera intéressante." Ben Hermans disputera prochainement une série de courses en Italie, notamment le Giro dell'Emilia, Milan-Turin, le Tour de Lombardie et peut-être encore le Chrono des Nations en France pour terminer sa saison. (Belga)