Jamais un Belge n'a été champion du monde de contre-la-montre depuis la création de l'épreuve en 1994. En décrochant la médaille de bronze l'année dernière à Innsbruck, Victor Campenaerts était devenu le premier Belge à monter sur le podium mondial du chrono. Campenaerts, détenteur depuis avril du record de l'heure (55,089 km), vise à nouveau le podium. "En principe, le parcours me convient même mieux que celui d'Innsbruck. Il est plus roulant et comparable à celui de Glasgow (où Victor Campenaerts était devenu champion d'Europe pour la deuxième fois l'an dernier, NDLR). Mon objectif est de faire aussi bien", dit Campenaerts, qui fait de Remco Evenepoel le super favori. Evenepoel, sacré champion du monde dans le chrono et dans la course en ligne chez les juniors il y a un an, dit pour sa part plutôt viser le top 5. "Mais ce n'est pas une obligation", dit le coureur belge de 19 ans, sacré champion d'Europe élites le mois dernier à Alkmaar. "Il ne faut pas oublier que ce sera la première fois que je dispute un chrono aussi long (54 km). Je vais devoir y aller à fond pendant une heure. Je suis bien préparé, j'ai reconnu le parcours par temps sec et sous la pluie. Je me suis préparé à toutes les circonstances". Troisième Belge engagé, Yves Lampaert espère lui un top 10, mais il est surtout tourné vers la course en ligne de dimanche. En l'absence de Geraint Thomas, Michal Kwiatkowski et Tom Dumoulin, les favoris sont le Slovène Primoz Roglic, le récent vainqueur du Tour d'Espagne, et l'Australien Rohan Dennis, tenant du titre. (Belga)