"C'est spécial de monter sur le podium d'un championnat du monde", a commenté le Néerlandais, qui a notamment battu Jasper Stuyven dans le sprint pour le podium. "C'est un rêve qui se réalise. Julian n'a pas volé sa victoire. Il avait déjà attaqué plusieurs fois dans le final et nous ne pouvions plus le suivre. Je savais que je n'étais pas le plus rapide dans notre petit groupe, mais un sprint après une si longue course ne se déroule jamais normalement. Finalement, je suis deuxième. Je ne pouvais pas y croire après l'arrivée." Le Néerlandais avait dû quitter la Vuelta le mois passé avec des douleurs à la hanche. "Je suis resté cinq jours sur mon canapé sans pouvoir marcher. J'étais à deux doigts de ne pas pouvoir participer à ces Mondiaux. Si cela avait été un jour ou cinq plus tôt, peut-être que ça n'aurait pas réussi. Mais j'ai gardé la foi et j'ai travaillé dur pour mon retour. J'ai également reçu beaucoup de soutien de la part du sélectionneur." Van Baarle a également apprécié l'ambiance le long du parcours. "Je n'ai jamais vu autant de monde. Le dernier tour était incroyable. J'en ai eu la chair de poule." (Belga)

"C'est spécial de monter sur le podium d'un championnat du monde", a commenté le Néerlandais, qui a notamment battu Jasper Stuyven dans le sprint pour le podium. "C'est un rêve qui se réalise. Julian n'a pas volé sa victoire. Il avait déjà attaqué plusieurs fois dans le final et nous ne pouvions plus le suivre. Je savais que je n'étais pas le plus rapide dans notre petit groupe, mais un sprint après une si longue course ne se déroule jamais normalement. Finalement, je suis deuxième. Je ne pouvais pas y croire après l'arrivée." Le Néerlandais avait dû quitter la Vuelta le mois passé avec des douleurs à la hanche. "Je suis resté cinq jours sur mon canapé sans pouvoir marcher. J'étais à deux doigts de ne pas pouvoir participer à ces Mondiaux. Si cela avait été un jour ou cinq plus tôt, peut-être que ça n'aurait pas réussi. Mais j'ai gardé la foi et j'ai travaillé dur pour mon retour. J'ai également reçu beaucoup de soutien de la part du sélectionneur." Van Baarle a également apprécié l'ambiance le long du parcours. "Je n'ai jamais vu autant de monde. Le dernier tour était incroyable. J'en ai eu la chair de poule." (Belga)