Après un début d'année civile perturbée par une blessure à l'ischio et une préparation tronquée par une période d'isolement en raison d'un test positif au Covid-19, la souriante athlète du VAC a avoué qu'elle ne savait pas à quoi s'attendre aux États-Unis. Détentrice du record de Belgique depuis les Jeux Olympiques de Tokyo l'an dernier (54.47), celle qui a surtout fait de l'Euro de Munich (15-21 août) son objectif défiera, entre autres, l'Américaine Sydney McLoughlin, qui n'est autre que la détentrice du record du monde de la distance (51.41). Elle devra figurer parmi les 4 premières, ou posséder l'un des 4 meilleurs temps restants à l'issue des cinq courses pour se hisser demi-finales, prévues mercredi. Mardi, premier jour depuis le début des Mondiaux sans session matinale, quatre finales seront au programme. La longueur dames ouvrira le bal puis viendront trois finales masculines : le disque, le 1.500 mètres et le 400 mètres haies. Cette dernière vaudra assurément le détour avec un duel au sommet entre le Norvégien Karsten Warholm et le Brésilien Alison Dos Santos, impressionnant de facilité depuis les séries. Les États-Unis, avec trois représentants, auront, comme toujours, une carte à jouer. (Belga)

Après un début d'année civile perturbée par une blessure à l'ischio et une préparation tronquée par une période d'isolement en raison d'un test positif au Covid-19, la souriante athlète du VAC a avoué qu'elle ne savait pas à quoi s'attendre aux États-Unis. Détentrice du record de Belgique depuis les Jeux Olympiques de Tokyo l'an dernier (54.47), celle qui a surtout fait de l'Euro de Munich (15-21 août) son objectif défiera, entre autres, l'Américaine Sydney McLoughlin, qui n'est autre que la détentrice du record du monde de la distance (51.41). Elle devra figurer parmi les 4 premières, ou posséder l'un des 4 meilleurs temps restants à l'issue des cinq courses pour se hisser demi-finales, prévues mercredi. Mardi, premier jour depuis le début des Mondiaux sans session matinale, quatre finales seront au programme. La longueur dames ouvrira le bal puis viendront trois finales masculines : le disque, le 1.500 mètres et le 400 mètres haies. Cette dernière vaudra assurément le détour avec un duel au sommet entre le Norvégien Karsten Warholm et le Brésilien Alison Dos Santos, impressionnant de facilité depuis les séries. Les États-Unis, avec trois représentants, auront, comme toujours, une carte à jouer. (Belga)