"Je suis content de ma saison. J'ai réalisé mon meilleur lancer en trois ans (64m48 en juin à Eeklo, ndlr). Le tout alors que je travaille depuis un an en tant qu'animateur 3D pour une entreprise américaine. Je peux désormais choisir mes horaires d'entraînement", a lancé Milanov jeudi en conférence de presse. "Je suis vraiment bien dans mon boulot, déjà un peu tourné vers mon après carrière." Vice-champion du monde en 2015 à Pékin, le discobole s'est dit "très fier de pouvoir participer pour la quatrième fois aux Mondiaux". "J'ai confiance en mon corps pour l'instant. Je vais tenter de me qualifier pour la finale." À la question de savoir s'il peut encore battre son record personnel de 67m26 réalisé en 2016, Milanov a répondu que c'était probable dans un bon jour. "La forme est ascendante, on verra bien ce que ça donne. Je ne pense pas pouvoir me mêler à la lutte pour les médailles mais si je parviens à sortir des qualifications, ça peut servir de déclic", a assuré Milanov. (Belga)

"Je suis content de ma saison. J'ai réalisé mon meilleur lancer en trois ans (64m48 en juin à Eeklo, ndlr). Le tout alors que je travaille depuis un an en tant qu'animateur 3D pour une entreprise américaine. Je peux désormais choisir mes horaires d'entraînement", a lancé Milanov jeudi en conférence de presse. "Je suis vraiment bien dans mon boulot, déjà un peu tourné vers mon après carrière." Vice-champion du monde en 2015 à Pékin, le discobole s'est dit "très fier de pouvoir participer pour la quatrième fois aux Mondiaux". "J'ai confiance en mon corps pour l'instant. Je vais tenter de me qualifier pour la finale." À la question de savoir s'il peut encore battre son record personnel de 67m26 réalisé en 2016, Milanov a répondu que c'était probable dans un bon jour. "La forme est ascendante, on verra bien ce que ça donne. Je ne pense pas pouvoir me mêler à la lutte pour les médailles mais si je parviens à sortir des qualifications, ça peut servir de déclic", a assuré Milanov. (Belga)