Il venait d'apporter les premiers soins à Hanna Vandenbussche qui avait été contrainte à l'abandon peu avant le 15e des 42,195 km de la course. "Avec cette température de 32 degrés et un taux d'humidité de 75%, la transpiration ne s'évapore pas et reste collée à la peau. La température du corps s'élève. Il surchauffe. Du coup, le coeur doit produire de plus en plus d'efforts, le rythme de course s'effondre et les crampes musculaires se produisent." "Hanna (Vandenbussche) a été victime de ces symptômes. Elle a arrêté juste à temps. Elle commençait à perdre sa lucidité. Manuela (Soccol) est un plus petit gabarit et souffre moins car elle a plus petit volume." "De plus, nos deux athlètes avaient été invitées la semaine dernière à disputer. Elles n'ont vraiment pas eu le temps de se préparer correctement à cette chaleur. Il y a moyen d'y arriver mais cela prend des semaines et c'est prévu dans la perspective des JO de Tokyo (où les conditions pourraient s'avérer similaires)", a conclu le Dr Parys qui reviendra samedi prochain assister au marathon des messieurs dans lequel Thomas De Bocht défendra les couleurs belges. "Il aura eu huit jours de plus pour s'acclimater. C'est déjà ça." . (Belga)