"Il est totalement inacceptable que des joueurs anglais aient fait l'objet d'abus racistes en Hongrie la nuit dernière", a déclaré le chef de gouvernement conservateur sur Twitter. Il a enjoint la FIFA à "prendre des mesures fortes contre les responsables pour garantir que ce genre de comportement honteux soit éradiqué pour de bon". Jeudi, Raheem Sterling et Jude Bellingham ont été victimes de comportements racistes lors du match qualificatif pour le Mondial 2022 en Hongrie. Des cris de singe ont été entendus, ont rapporté différents médias anglais. Avant le coup d'envoi, les spectateurs hongrois ont également conspué les joueurs anglais qui se sont agenouillés. Après son but, Sterling a vu de nombreux projectiles voler des tribunes en sa direction, sans pour autant réagir. Début juillet, la fédération hongroise de football a été sanctionnée de trois matches à huis clos (dont un en sursis) et d'une amende de 100.000 euros pour le "comportement discriminatoire de ses supporters" lors des trois matches disputés par sa sélection à l'Euro. Des cris racistes à l'encontre de joueurs noirs de l'équipe de France avaient notamment été lancés depuis la tribune où se trouvaient les ultras hongrois à Budapest, le 19 juin. Dans un communiqué, la Fédération anglaise a demandé à la FIFA d'enquêter sur cette affaire. (Belga)

"Il est totalement inacceptable que des joueurs anglais aient fait l'objet d'abus racistes en Hongrie la nuit dernière", a déclaré le chef de gouvernement conservateur sur Twitter. Il a enjoint la FIFA à "prendre des mesures fortes contre les responsables pour garantir que ce genre de comportement honteux soit éradiqué pour de bon". Jeudi, Raheem Sterling et Jude Bellingham ont été victimes de comportements racistes lors du match qualificatif pour le Mondial 2022 en Hongrie. Des cris de singe ont été entendus, ont rapporté différents médias anglais. Avant le coup d'envoi, les spectateurs hongrois ont également conspué les joueurs anglais qui se sont agenouillés. Après son but, Sterling a vu de nombreux projectiles voler des tribunes en sa direction, sans pour autant réagir. Début juillet, la fédération hongroise de football a été sanctionnée de trois matches à huis clos (dont un en sursis) et d'une amende de 100.000 euros pour le "comportement discriminatoire de ses supporters" lors des trois matches disputés par sa sélection à l'Euro. Des cris racistes à l'encontre de joueurs noirs de l'équipe de France avaient notamment été lancés depuis la tribune où se trouvaient les ultras hongrois à Budapest, le 19 juin. Dans un communiqué, la Fédération anglaise a demandé à la FIFA d'enquêter sur cette affaire. (Belga)