"Jouer un tel match est un immense plaisir et un privilège", a ainsi souligné en conférence de presse le sélectionneur français, acteur de la demi-finale de 1998, Didier Deschamps. "Il n'y a en effet rien de plus beau et de plus fort..." La Croatie, troisième en 1998, est donc déjà assurée de faire mieux vingt ans plus tard. Mais cela ne lui suffit pas. Sa force mentale lui a permis de survivre à trois prolongations, contre le Danemark (1-1, 3-2 aux tirs au buts), la Russie (2-2, 4-3 aux tirs au buts), et l'Angleterre (2-1), et à deux séances de penalties. Autant d'efforts qui n'ont pas été fournis pour être coiffé sur la ligne d'arrivée. Ce qui risque pourtant d'arriver. "Si nous gagnons la Coupe, il sera impossible d'être plus fiers que nous", a d'ailleurs déjà avoué le sélectionneur croate Zlatko Dalic. "Mais si nous perdons aussi..." Le parcours de la France, favorite de cette finale, a été moins éprouvant, mais pas très lumineux non plus. Pour rappel: 2-1 contre l'Australie, 1-0 contre le Pérou, 0-0 contre le Danemark (un match lamentable), 4-3 contre l'Argentine de Lionel Messi avec notamment un magnifique but de Benjamin Pavard, 2-0 contre l'Uruguay privé de son arme fatale Edinson Cavani, et enfin 1-0 contre la Belgique. Elle a gagné en 1998 mais perdu contre l'Italie en 2006 (1-1, 3-5 aux tirs au but), et surtout en finale de "son" Euro 2016 contre le Portugal (0-1 après prolongations). "On était trop sûrs de gagner", avoue aujourd'hui Paul Pogba. "Mais on a retenu la leçon! Un exploit en demi-finale (2-0 contre l'Allemagne, ndlr) ne suffit pas pour être sacré champion. Maintenant on le sait...". Enfin il se dit à Moscou que le capitaine croate Luka Modric, 32 ans, 1m72, 111 sélections, qui échangerait volontiers les nombreux titres, dont entre autres quatre Ligues des Champions, conquis avec le Real Madrid, contre le trophée en jeu ce dimanche, a toutes les chances d'être désigné meilleur joueur du tournoi. Mais Kylian Mbappé et Antoine Griezmann peuvent peut-être encore espérer renverser la tendance. Eden Hazard a lui mieux tiré ses dernières cartouches qu'Harry Kane, samedi à Saint-Pétersbourg lors du match pour la 3e place... (Belga)

"Jouer un tel match est un immense plaisir et un privilège", a ainsi souligné en conférence de presse le sélectionneur français, acteur de la demi-finale de 1998, Didier Deschamps. "Il n'y a en effet rien de plus beau et de plus fort..." La Croatie, troisième en 1998, est donc déjà assurée de faire mieux vingt ans plus tard. Mais cela ne lui suffit pas. Sa force mentale lui a permis de survivre à trois prolongations, contre le Danemark (1-1, 3-2 aux tirs au buts), la Russie (2-2, 4-3 aux tirs au buts), et l'Angleterre (2-1), et à deux séances de penalties. Autant d'efforts qui n'ont pas été fournis pour être coiffé sur la ligne d'arrivée. Ce qui risque pourtant d'arriver. "Si nous gagnons la Coupe, il sera impossible d'être plus fiers que nous", a d'ailleurs déjà avoué le sélectionneur croate Zlatko Dalic. "Mais si nous perdons aussi..." Le parcours de la France, favorite de cette finale, a été moins éprouvant, mais pas très lumineux non plus. Pour rappel: 2-1 contre l'Australie, 1-0 contre le Pérou, 0-0 contre le Danemark (un match lamentable), 4-3 contre l'Argentine de Lionel Messi avec notamment un magnifique but de Benjamin Pavard, 2-0 contre l'Uruguay privé de son arme fatale Edinson Cavani, et enfin 1-0 contre la Belgique. Elle a gagné en 1998 mais perdu contre l'Italie en 2006 (1-1, 3-5 aux tirs au but), et surtout en finale de "son" Euro 2016 contre le Portugal (0-1 après prolongations). "On était trop sûrs de gagner", avoue aujourd'hui Paul Pogba. "Mais on a retenu la leçon! Un exploit en demi-finale (2-0 contre l'Allemagne, ndlr) ne suffit pas pour être sacré champion. Maintenant on le sait...". Enfin il se dit à Moscou que le capitaine croate Luka Modric, 32 ans, 1m72, 111 sélections, qui échangerait volontiers les nombreux titres, dont entre autres quatre Ligues des Champions, conquis avec le Real Madrid, contre le trophée en jeu ce dimanche, a toutes les chances d'être désigné meilleur joueur du tournoi. Mais Kylian Mbappé et Antoine Griezmann peuvent peut-être encore espérer renverser la tendance. Eden Hazard a lui mieux tiré ses dernières cartouches qu'Harry Kane, samedi à Saint-Pétersbourg lors du match pour la 3e place... (Belga)