"Je n'ai pas besoin d'être le joueur le plus important", a déclaré le médian des Diables Rouges en conférence de presse au Moscow Country Club mercredi. "Je préfère même laisser ce rôle à Eden Hazard. Si Eden parvient à se retourner, je sais que je peux l'atteindre grâce à la place à laquelle j'évolue maintenant. Je dois réussir à alimenter mes cinq attaquants pour qu'ils réussissent à se montrer décisifs. Et si ça va au fond, je sais que j'aurai rempli mon contrat". Sous Roberto Martinez, les Diables n'évoluent plus qu'avec deux milieux de terrain, ce qui laisse plus d'espace à De Bruyne pour pouvoir s'exprimer. "Si je devais jouer à la place d'Eden ou de Dries, ça pourrait fonctionner même si ce serait peut-être un peu trop haut pour moi sur le terrain. Désormais, je joue comme un demi-défensif. Le coach me demande d'être le meneur de jeu pour tenter de faire tourner l'équipe. Le but est de parvenir à atteindre nos attaquants en construisant depuis l'arrière". Outre son rôle de maître à jouer, De Bruyne doit aussi donner de la voix sur la pelouse en jouant le lien entre le coach et le terrain. "Nous avons la même vision du football et il faut poursuivre dans cette direction. Je joue volontiers au sol, avec des ballons dans les pieds. Notre équipe est très forte en possession d'ailleurs. Martinez provient de l'école espagnole et il a la même conception du football que nous. Sur le terrain, je n'hésite jamais à prendre mes responsabilités". (Belga)

"Je n'ai pas besoin d'être le joueur le plus important", a déclaré le médian des Diables Rouges en conférence de presse au Moscow Country Club mercredi. "Je préfère même laisser ce rôle à Eden Hazard. Si Eden parvient à se retourner, je sais que je peux l'atteindre grâce à la place à laquelle j'évolue maintenant. Je dois réussir à alimenter mes cinq attaquants pour qu'ils réussissent à se montrer décisifs. Et si ça va au fond, je sais que j'aurai rempli mon contrat". Sous Roberto Martinez, les Diables n'évoluent plus qu'avec deux milieux de terrain, ce qui laisse plus d'espace à De Bruyne pour pouvoir s'exprimer. "Si je devais jouer à la place d'Eden ou de Dries, ça pourrait fonctionner même si ce serait peut-être un peu trop haut pour moi sur le terrain. Désormais, je joue comme un demi-défensif. Le coach me demande d'être le meneur de jeu pour tenter de faire tourner l'équipe. Le but est de parvenir à atteindre nos attaquants en construisant depuis l'arrière". Outre son rôle de maître à jouer, De Bruyne doit aussi donner de la voix sur la pelouse en jouant le lien entre le coach et le terrain. "Nous avons la même vision du football et il faut poursuivre dans cette direction. Je joue volontiers au sol, avec des ballons dans les pieds. Notre équipe est très forte en possession d'ailleurs. Martinez provient de l'école espagnole et il a la même conception du football que nous. Sur le terrain, je n'hésite jamais à prendre mes responsabilités". (Belga)