La voiture file sur l'autoroute. Le trajet n'est pas bien long. Une trentaine de minutes, tout au plus. Derrière le volant, Mogi Bayat se met en mode pilote automatique, les yeux rivés sur son téléphone. Il y a un transfert à finaliser, alors au diable la sécurité. À mesure que l'agent avance sur le dossier, le véhicule qu'il est censé conduire fait le yo-yo sur l'asphalte et flirte, à plusieurs reprises, avec la bande d'arrêt d'urgence. À chaque fois, il relève la tête, recentre l'engin et se replonge dans son écran. Avant même d'arriver à destination, l'affaire est bouclée. " J'ai failli mourir dix fois, mais je l'ai vu transférer un joueur en moins d'une demi-heure ", souffle un témoin de la scène, installé chaudement à la place du mort, entre crainte et admiration.
...