Le Britannique d'origine somalienne, quadruple champion olympique (5000 m/10.000 m), constamment en tête de la course, a couvert la distance de 21,1 kilomètres en 59:26. Il a devancé de 31 secondes le Néo-Zélandais Jake Robertson (59:57), qu'il avait définitivement décramponné à un peu plus de trois kilomètres de l'arrivée. Mais il a faibli dans les deux cents derniers mètres, échouant du coup à quatre secondes de son record personnel, établi lors de sa seconde victoire en 2015. La troisième place est revenue au Belge Bashir Abdi (1h00:43), 29 ans, qui avait fini onzième du 5000 mètres du Memorial Van Damme pour ses adieux à la piste il y a un peu plus d'une semaine. Vice-champion d'Europe du 10.000 mètres à Berlin, Abdi n'a donc pas manqué ses débuts de marathonien. "Je pensais pouvoir battre mon record personnel, mais les deux derniers kilomètres m'ont vraiment fait mal", a avoué Mo Farah. "En plus avec le vent de face, ça n'a pas été facile..." Agé de 35 ans, Farah s'est retiré de la piste après les Mondiaux-2017 à Londres où il avait réussi son premier doublé olympique en 2012. "Je m'entraîne donc autrement, beaucoup plus longtemps. Je sens que j'ai nettement progressé en termes d'endurance", estime le champion britannique, qui sera au départ du marathon de Chicago le 7 octobre. Il tentera d'y battre son record personnel sur la distance, 2h06.22, établi en avril lors du marathon de Londres. Du côté des femmes, la favorite kényane Vivian Cheruiyot, déjà victorieuse au marathon de Londres, a enlevé son second titre en 1h07:43 devant Brigid Kosgei (1h07:52) et la recordwoman du monde Joyciline Kepkosgei (1h08:10), débordée par ses deux compatriotes en fin de parcours. (Belga)

Le Britannique d'origine somalienne, quadruple champion olympique (5000 m/10.000 m), constamment en tête de la course, a couvert la distance de 21,1 kilomètres en 59:26. Il a devancé de 31 secondes le Néo-Zélandais Jake Robertson (59:57), qu'il avait définitivement décramponné à un peu plus de trois kilomètres de l'arrivée. Mais il a faibli dans les deux cents derniers mètres, échouant du coup à quatre secondes de son record personnel, établi lors de sa seconde victoire en 2015. La troisième place est revenue au Belge Bashir Abdi (1h00:43), 29 ans, qui avait fini onzième du 5000 mètres du Memorial Van Damme pour ses adieux à la piste il y a un peu plus d'une semaine. Vice-champion d'Europe du 10.000 mètres à Berlin, Abdi n'a donc pas manqué ses débuts de marathonien. "Je pensais pouvoir battre mon record personnel, mais les deux derniers kilomètres m'ont vraiment fait mal", a avoué Mo Farah. "En plus avec le vent de face, ça n'a pas été facile..." Agé de 35 ans, Farah s'est retiré de la piste après les Mondiaux-2017 à Londres où il avait réussi son premier doublé olympique en 2012. "Je m'entraîne donc autrement, beaucoup plus longtemps. Je sens que j'ai nettement progressé en termes d'endurance", estime le champion britannique, qui sera au départ du marathon de Chicago le 7 octobre. Il tentera d'y battre son record personnel sur la distance, 2h06.22, établi en avril lors du marathon de Londres. Du côté des femmes, la favorite kényane Vivian Cheruiyot, déjà victorieuse au marathon de Londres, a enlevé son second titre en 1h07:43 devant Brigid Kosgei (1h07:52) et la recordwoman du monde Joyciline Kepkosgei (1h08:10), débordée par ses deux compatriotes en fin de parcours. (Belga)