"L'accueil était extraordinaire. Les Japonais ont cette faculté de pouvoir tout résoudre, même si cela prend parfois une tournure un peu rigide", explique Jacques Borlée, le coach des Belgian Tornados. L'infrastructure sportive est également au point. "C'est parfait. Je pense que Mito est un bon choix. Nous avons pu présenter au responsable du comité olympique tous les points à améliorer, essentiellement des détails techniques. Nous allons pouvoir aussi étudier comment nous habituer à la chaleur. Il pourra faire 35 à 40 degrés." Les athlètes eux-mêmes ne cachent pas leur satisfaction. "Il y a une piste couverte afin de nous permettre d'éviter l'entraînement en plein soleil", explique Jonathan Sacoor. "La piste est très bien. C'est un très bon endroit pour se préparer aux prochains Jeux olympiques. C'est juste un peu dommage que nous soyons si loin du centre." Mito se trouve à plus de cent kilomètres au nord-est du centre de Tokyo. "Même en tant qu'athlètes, nous apprécions faire un peu de tourisme. Mais avec une telle distance avec le centre, on y réfléchira à deux fois", plaisante l'athlète de 19 ans. Pour son entraîneur, le lieu est idéal. "Nous ne sommes pas trop loin du village olympique - à une heure ou 1h30 - donc nous pourrons même prendre part à la cérémonie d'ouverture, qui est quand même un grand moment. Nous n'y avions encore jamais pris part car nous étions chaque fois trop loin", indique M. Borlée. (Belga)