Ce transfert étonnant ne s'est réalisé que quand Anderlecht a refusé de laisser Andy Kawaya rejoindre le littoral. "Nous ne pouvions le louer que sans option d'achat, ce que ni Marc Coucke ni moi n'apprécions. Nous ne voulons plus faire progresser des joueurs, comme Thomas Foket, pour les laisser retourner gratuitement dans leur club", explique le directeur sportif Luc Devroe.

Piste 2 : Yassine El Ghanassy, qui semblait parti pour le Stade de Reims, où il avait réussi les tests physiques et médicaux mais n'avait pas obtenu d'accord sur la durée de son contrat. "Une volée de managers nous ont proposé Yassine depuis novembre. Puis, samedi, il nous a contactés en personne et nous a dit avec qui négocier. Le deal, deux ans avec option, a été vite réglé."

Parfois brillant à La Gantoise mais trop léger pour West Bromwich Albion, la suite fut très compliquée et on n'était pas loin d'une sortie de route. Puis, en mars dernier, il a saisi son ultime chance au Stabaek Fotball, délivrant 15 assists et marquant trois buts en Tippeligaen norvégienne.

Une chance unique, un joueur apte à évoluer sur les deux flancs mais aussi un risque calculé. "Pas d'indemnité de transfert et un contrat à la prestation. Dans le passé, nous avons déjà su manager des joueurs réputés difficiles", précise Devroe, qui a déjà visionné à plusieurs reprises le Belge de 25 ans et n'en a entendu que du bien de Gunther Schepens, coordinateur sportif de Gand.

"Gunther nous a dit que des clubs français comme Lille lui ont délivré un rapport positif. Le championnat de Belgique est un peu plus relevé et difficile que le norvégien mais là, il affrontait semaine après semaine des défenseurs de grande taille. Il a l'avantage de connaître notre compétition et nous espérons qu'il va se réhabiliter en Belgique."

Par Chris Tetaert

Ce transfert étonnant ne s'est réalisé que quand Anderlecht a refusé de laisser Andy Kawaya rejoindre le littoral. "Nous ne pouvions le louer que sans option d'achat, ce que ni Marc Coucke ni moi n'apprécions. Nous ne voulons plus faire progresser des joueurs, comme Thomas Foket, pour les laisser retourner gratuitement dans leur club", explique le directeur sportif Luc Devroe.Piste 2 : Yassine El Ghanassy, qui semblait parti pour le Stade de Reims, où il avait réussi les tests physiques et médicaux mais n'avait pas obtenu d'accord sur la durée de son contrat. "Une volée de managers nous ont proposé Yassine depuis novembre. Puis, samedi, il nous a contactés en personne et nous a dit avec qui négocier. Le deal, deux ans avec option, a été vite réglé."Parfois brillant à La Gantoise mais trop léger pour West Bromwich Albion, la suite fut très compliquée et on n'était pas loin d'une sortie de route. Puis, en mars dernier, il a saisi son ultime chance au Stabaek Fotball, délivrant 15 assists et marquant trois buts en Tippeligaen norvégienne.Une chance unique, un joueur apte à évoluer sur les deux flancs mais aussi un risque calculé. "Pas d'indemnité de transfert et un contrat à la prestation. Dans le passé, nous avons déjà su manager des joueurs réputés difficiles", précise Devroe, qui a déjà visionné à plusieurs reprises le Belge de 25 ans et n'en a entendu que du bien de Gunther Schepens, coordinateur sportif de Gand."Gunther nous a dit que des clubs français comme Lille lui ont délivré un rapport positif. Le championnat de Belgique est un peu plus relevé et difficile que le norvégien mais là, il affrontait semaine après semaine des défenseurs de grande taille. Il a l'avantage de connaître notre compétition et nous espérons qu'il va se réhabiliter en Belgique."Par Chris Tetaert