"Ann a bien pu m'aider cette semaine", a-t-elle expliqué à Belga. "Elle a notamment beaucoup insisté sur l'importance pour moi de pratiquer un tennis agressif. Elle m'a dit que je devais lâcher mes coups et rentrer dans le terrain pour venir chercher les points au filet, car c'est là que je suis la meilleure. C'est également une personne très calme et qui m'encourage bien. Elle a beaucoup d'expérience et c'est très chouette de l'avoir au bord du court." Et Greet Minnen se réjouit désormais de poursuivre l'aventure avec elle à Paris, où elle connaîtra son adversaire du premier tour ce jeudi après-midi (16h30). Il s'agira de la cinquième participation de la native de Turnhout à un tournoi du Grand Chelem et de la deuxième cette année après une qualification à l'Open d'Australie, où elle s'était inclinée au premier tour contre Petra Kvitova. "Une qualification pour un tournoi du Grand Chelem est toujours très importante pour une joueuse de mon niveau", a-t-elle poursuivi. "C'est très spécial de pouvoir participer à ce genre d'événement. Que l'on soit 100e ou 250e, tout le monde se donne à fond pour gagner ces trois matches. À cela s'ajoute un chèque de 60.000 ?, ce qui n'est pas rien c'est vrai, mais l'argent n'est pas mon moteur. Ce qui me pousse, c'est de pouvoir vivre ce genre d'expérience au plus haut niveau afin de progresser pour être encore meilleure à l'avenir." (Belga)

"Ann a bien pu m'aider cette semaine", a-t-elle expliqué à Belga. "Elle a notamment beaucoup insisté sur l'importance pour moi de pratiquer un tennis agressif. Elle m'a dit que je devais lâcher mes coups et rentrer dans le terrain pour venir chercher les points au filet, car c'est là que je suis la meilleure. C'est également une personne très calme et qui m'encourage bien. Elle a beaucoup d'expérience et c'est très chouette de l'avoir au bord du court." Et Greet Minnen se réjouit désormais de poursuivre l'aventure avec elle à Paris, où elle connaîtra son adversaire du premier tour ce jeudi après-midi (16h30). Il s'agira de la cinquième participation de la native de Turnhout à un tournoi du Grand Chelem et de la deuxième cette année après une qualification à l'Open d'Australie, où elle s'était inclinée au premier tour contre Petra Kvitova. "Une qualification pour un tournoi du Grand Chelem est toujours très importante pour une joueuse de mon niveau", a-t-elle poursuivi. "C'est très spécial de pouvoir participer à ce genre d'événement. Que l'on soit 100e ou 250e, tout le monde se donne à fond pour gagner ces trois matches. À cela s'ajoute un chèque de 60.000 ?, ce qui n'est pas rien c'est vrai, mais l'argent n'est pas mon moteur. Ce qui me pousse, c'est de pouvoir vivre ce genre d'expérience au plus haut niveau afin de progresser pour être encore meilleure à l'avenir." (Belga)