"Avant de venir pour la course, quand la sélection de huit coureurs a été faite, on m'a demandé quelle étape j'aimerais gagner et j'ai choisi celle-là. Je ne suis pas un coureur qui gagne beaucoup alors ouvrir mon palmarès sur la Vuelta, c'est un rêve", dit le coureur espagnol de 27 ans, qui évolue au sein d'une petite formation de 2e division ayant bénéficié d'une invitation sur cette Vuelta. Itturia a faussé ompagnie à ses compagnons à plus de 20 km de l'arrivée et a résisté au retour des autres fuyards pour aller chercher son premier bouquet. "J'ai beaucoup souffert dans les ascensions. Je me sentais bien, mais j'avais plus de mal que d'habitude à suivre les changements de rythme. Quand je suis arrivé à l'avant, Jon Odriozola (le directeur de l'équipe) m'a dit : 'Attaque à fond et va jusqu'à la ligne !' Je l'ai écouté et j'ai creusé un bon écart. J'ai donné tout ce que j'avais jusqu'au bout, j'essayais d'être le plus rapide possible, j'ai trouvé des forces insoupçonnées. Je ne pensais pas aux écarts mais à moi-même. Et j'ai gagné ! Je n'ai pas les mots. On va faire sauter le champagne au dîner !". (Belga)