En rapatriant Mike Trésor Ndayishimiye en Belgique pour 3,5 millions d'euros, le directeur sportif limbourgeois prend un risque calculé. La preuve, il signe pour beaucoup le premier gros coup du mercato belge. Il faut dire que Trésor n'est pas inconnu chez nous. Formé à Anderlecht entre 2013 et 2018, il appartien...

En rapatriant Mike Trésor Ndayishimiye en Belgique pour 3,5 millions d'euros, le directeur sportif limbourgeois prend un risque calculé. La preuve, il signe pour beaucoup le premier gros coup du mercato belge. Il faut dire que Trésor n'est pas inconnu chez nous. Formé à Anderlecht entre 2013 et 2018, il appartient aussi à la talentueuse génération 1999, celle des Zinho Vanheusden, Albert Sambi Lokonga et autres Alexis Saelemaekers. S'il a actuellement un train de retard sur ses anciens coéquipiers chez les Diablotins, il ne faut pas négliger la progression d'un garçon bien occupé depuis deux saisons maintenant en Eredivisie, après avoir explosé sous Adrie Koster. Ses 64 apparitions pour 17 buts et 18 assists en deux saisons avec Willem II n'avaient pas échappé à grand monde, mais c'est bien Genk qui a remporté le gros lot.En lui confiant les clés du jeu et le poste de numéro 10 l'an dernier, Zeljko Petrovic ne s'est pas trompé, mais c'est désormais John van den Brom qui va devoir trouver la recette pour faire briller un joueur aux qualités individuelles exceptionnelles, qui avait été jusqu'à attirer les recruteurs du Bayern Munich à la fin de l'année 2018. À l'époque, les Bavarois avaient envisagé d'intégrer ce jeune talent pourtant seulement actif en D2 néerlandaise à leur noyau B. Sans que l'affaire n'aboutisse finalement. Trois ans et demi plus tard, et à 22 ans, Treezy tient enfin son premier gros transfert. Genk, ce n'est pas le Bayern, mais ces dernières années en Belgique, c'est le meilleur marche-pied vers le haut du panier continental.