Pour éviter cette propagation, la Commission médicale de la FIFA préconise donc d'avertir les joueurs. "C'est une pratique courante dans le football et ce n'est pas très hygiénique", a déclaré le dirigeant belge. "Donc, quand nous allons reprendre le football, je pense que nous devrions éviter cela au maximum. La question est de savoir si cela sera possible. Ils peuvent peut-être donner un carton jaune." Selon plusieurs virologues de l'Université de Cambridge, les crachats sur un terrain de football peuvent constituer un problème. Jane Greatorex a reconnu que la maladie pouvait être transmise par cette voie si quelqu'un avait une "charge virale élevée". Pour s'assurer de la sécurité de tous les acteurs, la virologue affirme que tous les joueurs, le personnel et les officiels devraient être testés au coronavirus le matin du match et ne devraient être autorisés à entrer dans le stade uniquement en cas de test négatif. "Il devrait aussi y avoir des contrôles de température et des tests réguliers car il y a eu des exemples d'échantillons de faible qualité montrant des faux négatifs", a ponctué Jane Greatorex. (Belga)

Pour éviter cette propagation, la Commission médicale de la FIFA préconise donc d'avertir les joueurs. "C'est une pratique courante dans le football et ce n'est pas très hygiénique", a déclaré le dirigeant belge. "Donc, quand nous allons reprendre le football, je pense que nous devrions éviter cela au maximum. La question est de savoir si cela sera possible. Ils peuvent peut-être donner un carton jaune." Selon plusieurs virologues de l'Université de Cambridge, les crachats sur un terrain de football peuvent constituer un problème. Jane Greatorex a reconnu que la maladie pouvait être transmise par cette voie si quelqu'un avait une "charge virale élevée". Pour s'assurer de la sécurité de tous les acteurs, la virologue affirme que tous les joueurs, le personnel et les officiels devraient être testés au coronavirus le matin du match et ne devraient être autorisés à entrer dans le stade uniquement en cas de test négatif. "Il devrait aussi y avoir des contrôles de température et des tests réguliers car il y a eu des exemples d'échantillons de faible qualité montrant des faux négatifs", a ponctué Jane Greatorex. (Belga)