Membre de la grosse échappée de 31 coureurs, Storer s'est isolé en tête durant la seule ascension du jour, le Puerto de Almachar (2e catégorie, 10,9 km à 4,9 pour-cent), dont le sommet se trouvait à 15 km de l'arrivée. "La lutte pour l'échappée a été énorme. C'était l'une de ces journées épiques? Je crois que l'on a fait 80 km avant que l'échappée ne se forme !", a raconté l'Australien. Lors de l'ascension, plusieurs tentatives ont eu lieu avant celle, décisive de Storer. "Je me sentais bien dans la dernière montée. Je savais exactement ce que j'avais à faire pour gagner. Il fallait que j'attaque. J'ai perçu comment mes adversaires se sentaient. J'ai senti le bon moment pour attaquer. J'y suis allé en espérant que ça se passe pour le mieux. Je ne connaissais pas les écarts exacts. Mais je savais que c'était serré. Je me devais de descendre vite. Il y a dans cette région des routes sèches et glissantes. Je sentais que je descendais juste assez bien pour rester devant. Je ne réalise pas encore que j'ai gagné deux étapes de la Vuelta après dix jours de course. C'est de fait incroyable." (Belga)

Membre de la grosse échappée de 31 coureurs, Storer s'est isolé en tête durant la seule ascension du jour, le Puerto de Almachar (2e catégorie, 10,9 km à 4,9 pour-cent), dont le sommet se trouvait à 15 km de l'arrivée. "La lutte pour l'échappée a été énorme. C'était l'une de ces journées épiques? Je crois que l'on a fait 80 km avant que l'échappée ne se forme !", a raconté l'Australien. Lors de l'ascension, plusieurs tentatives ont eu lieu avant celle, décisive de Storer. "Je me sentais bien dans la dernière montée. Je savais exactement ce que j'avais à faire pour gagner. Il fallait que j'attaque. J'ai perçu comment mes adversaires se sentaient. J'ai senti le bon moment pour attaquer. J'y suis allé en espérant que ça se passe pour le mieux. Je ne connaissais pas les écarts exacts. Mais je savais que c'était serré. Je me devais de descendre vite. Il y a dans cette région des routes sèches et glissantes. Je sentais que je descendais juste assez bien pour rester devant. Je ne réalise pas encore que j'ai gagné deux étapes de la Vuelta après dix jours de course. C'est de fait incroyable." (Belga)