"Ce ne fut pas un grand match", a-t-elle confié. "Il y a eu pas mal de hauts et de bas. Mais une victoire, est une victoire. On doit encore apprendre à se connaître. Nous n'avons joué qu'une fois ensemble auparavant, à Istanbul. Kudermetova est très solide du fond du court. Elle sert très bien, ce qui devrait me permettre de faire plus de choses au filet. Hsieh avait une très bonne main, mais manquait un peu de puissance. Je ne sais pas si nous formerons un bon duo, mais l'objectif est de jouer ensemble cette année." Tout va bien donc pour Elise Mertens, mais la N.1 belge reste sur ses gardes à Melbourne. Surtout qu'il y a un adversaire redoutable, le Covid-19, qui a déjà touché le Français Hugo Humbert, et peut frapper à tout moment. "Je suis très prudente", a-t-elle poursuivi. "Pour l'instant, je me sens bien, mais j'effectue régulièrement des auto-tests. Je porte également ce masque (elle montre un FFP2, ndlr), plutôt qu'un bleu pour garder ce virus loin de moi. Et je ne vais pas au restaurant. Je ne loge d'ailleurs pas à l'hôtel, mais dans un appartement avec ma kiné. Et j'essaie de limiter les contacts au minimum. Bien sûr, c'est parfois difficile dans les vestiaires ou quand on joue en double. J'ai d'ailleurs été positive début décembre, sans le savoir, et dès mon retour, je ferai mon booster." (Belga)

"Ce ne fut pas un grand match", a-t-elle confié. "Il y a eu pas mal de hauts et de bas. Mais une victoire, est une victoire. On doit encore apprendre à se connaître. Nous n'avons joué qu'une fois ensemble auparavant, à Istanbul. Kudermetova est très solide du fond du court. Elle sert très bien, ce qui devrait me permettre de faire plus de choses au filet. Hsieh avait une très bonne main, mais manquait un peu de puissance. Je ne sais pas si nous formerons un bon duo, mais l'objectif est de jouer ensemble cette année." Tout va bien donc pour Elise Mertens, mais la N.1 belge reste sur ses gardes à Melbourne. Surtout qu'il y a un adversaire redoutable, le Covid-19, qui a déjà touché le Français Hugo Humbert, et peut frapper à tout moment. "Je suis très prudente", a-t-elle poursuivi. "Pour l'instant, je me sens bien, mais j'effectue régulièrement des auto-tests. Je porte également ce masque (elle montre un FFP2, ndlr), plutôt qu'un bleu pour garder ce virus loin de moi. Et je ne vais pas au restaurant. Je ne loge d'ailleurs pas à l'hôtel, mais dans un appartement avec ma kiné. Et j'essaie de limiter les contacts au minimum. Bien sûr, c'est parfois difficile dans les vestiaires ou quand on joue en double. J'ai d'ailleurs été positive début décembre, sans le savoir, et dès mon retour, je ferai mon booster." (Belga)