"Là, je vais prendre un jour de repos. Et ensuite, nous allons partir pour Miami où je vais me remettre au travail pour préparer le tournoi suivant", a-t-elle confié à Belga après son élimination. "Je pense qu'il est important de relativiser et de regarder de l'avant. Parfois, on encourt une déception, parfois la balle roule pour nous. C'est le tennis. On est plus souvent éliminée d'un tournoi qu'on ne le gagne." Egalement battue en double, dès le premier tour, avec sa partenaire russe Veronika Kudermetova, Elise Mertens va, en effet, désormais tourner son regard vers le tournoi WTA 1000 sur dur de Miami, qui commence le 22 mars. La N.1 belge tâchera d'y retrouver des couleurs alors qu'elle peine un peu depuis le début de l'année en simple, avec comme meilleur résultat un quart de finale au tournoi WTA 500 de Saint-Pétersbourg, début février. "Ce sera un autre tournoi. D'autres balles, d'autres conditions de jeu avec plus d'humidité et des courts plus rapides", a-t-elle poursuivi. "Cela reste évidemment un combat. J'essaie toujours de tout mettre en ?uvre pour faire mieux. Je garde le positif à l'esprit et je reste persuadée que je suis capable de signer d'excellents résultats. Simplement, je vais devoir travailler mon service, mon agressivité, ma position sur le court, mon jeu de jambes. C'est là où je peux progresser." (Belga)

"Là, je vais prendre un jour de repos. Et ensuite, nous allons partir pour Miami où je vais me remettre au travail pour préparer le tournoi suivant", a-t-elle confié à Belga après son élimination. "Je pense qu'il est important de relativiser et de regarder de l'avant. Parfois, on encourt une déception, parfois la balle roule pour nous. C'est le tennis. On est plus souvent éliminée d'un tournoi qu'on ne le gagne." Egalement battue en double, dès le premier tour, avec sa partenaire russe Veronika Kudermetova, Elise Mertens va, en effet, désormais tourner son regard vers le tournoi WTA 1000 sur dur de Miami, qui commence le 22 mars. La N.1 belge tâchera d'y retrouver des couleurs alors qu'elle peine un peu depuis le début de l'année en simple, avec comme meilleur résultat un quart de finale au tournoi WTA 500 de Saint-Pétersbourg, début février. "Ce sera un autre tournoi. D'autres balles, d'autres conditions de jeu avec plus d'humidité et des courts plus rapides", a-t-elle poursuivi. "Cela reste évidemment un combat. J'essaie toujours de tout mettre en ?uvre pour faire mieux. Je garde le positif à l'esprit et je reste persuadée que je suis capable de signer d'excellents résultats. Simplement, je vais devoir travailler mon service, mon agressivité, ma position sur le court, mon jeu de jambes. C'est là où je peux progresser." (Belga)