Bien sûr, il y a toujours des exceptions à la règle, tel l'Anzhi Makhachkala, qui a vraiment bradé ses joueurs, comme l'atteste le retour au Standard, pour 100.000 euros à peine, de Mehdi Carcela.

Soucieux de jouer la montre dans le cas du Belgo-Marocain, histoire de faire baisser son prix, les Rouches ont eu beaucoup plus de chance que bon nombre d'autres clubs, désireux d'imiter le même exemple, et d'attendre donc les dernières heures de la période des transferts pour réaliser une opération financière moins onéreuse. Mais, à ce petit jeu, bien peu auront eu le dernier mot.

Ainsi, le Real Madrid a bel et bien dû consentir un débours de 100 millions d'euros pour acquérir le Gallois Gareth Bale. Quant à Arsenal, qui voulait patienter jusqu'au bout pour enrôler l'Allemand Mesut Ozil, il a eu la désagréable surprise de voir le montant réclamé passer de 45 à 50 millions d'euros. Manchester United, lui, peut se mordre les doigts aussi. Jusqu'en fin juillet, il aurait pu acquérir Marouane Fellaini pour 27 millions d'euros. Finalement, il en aura dépensé 5 de plus en concluant l'opération in extremis. Comme quoi, les soldes, en football, n'existent plus...

Bruno Govers, Sport/Foot Magazine

Bien sûr, il y a toujours des exceptions à la règle, tel l'Anzhi Makhachkala, qui a vraiment bradé ses joueurs, comme l'atteste le retour au Standard, pour 100.000 euros à peine, de Mehdi Carcela. Soucieux de jouer la montre dans le cas du Belgo-Marocain, histoire de faire baisser son prix, les Rouches ont eu beaucoup plus de chance que bon nombre d'autres clubs, désireux d'imiter le même exemple, et d'attendre donc les dernières heures de la période des transferts pour réaliser une opération financière moins onéreuse. Mais, à ce petit jeu, bien peu auront eu le dernier mot. Ainsi, le Real Madrid a bel et bien dû consentir un débours de 100 millions d'euros pour acquérir le Gallois Gareth Bale. Quant à Arsenal, qui voulait patienter jusqu'au bout pour enrôler l'Allemand Mesut Ozil, il a eu la désagréable surprise de voir le montant réclamé passer de 45 à 50 millions d'euros. Manchester United, lui, peut se mordre les doigts aussi. Jusqu'en fin juillet, il aurait pu acquérir Marouane Fellaini pour 27 millions d'euros. Finalement, il en aura dépensé 5 de plus en concluant l'opération in extremis. Comme quoi, les soldes, en football, n'existent plus... Bruno Govers, Sport/Foot Magazine