"Je veux remercier les organisateurs du Memorial Van Damme de m'avoir donné cette motivation de m'entraîner en vue du record de l'heure à Bruxelles", a indiqué Sifan Hassan. " La situation est très difficile partout dans le monde". La Néerlandaise, double championne du monde du 1.500 et du 10.000 mètres en 2019 à Doha, n'a trouvé son bon rythme qu'après une demi-heure de course. "Je ne pensais pas gagner cette course. J'étais un peu malade avant le départ, avec des envies de vomir. Mais les choses sont redevenues normales après 30 minutes. J'ai retrouvé une bonne respiration, ce qui m'a redonné de la confiance. Physiquement, je n'étais donc pas au mieux en début de course. Mais je pense que, pour une coureuse de moyenne distance comme moi, c'est mentalement que cette heure a été dure". (Belga)

"Je veux remercier les organisateurs du Memorial Van Damme de m'avoir donné cette motivation de m'entraîner en vue du record de l'heure à Bruxelles", a indiqué Sifan Hassan. " La situation est très difficile partout dans le monde". La Néerlandaise, double championne du monde du 1.500 et du 10.000 mètres en 2019 à Doha, n'a trouvé son bon rythme qu'après une demi-heure de course. "Je ne pensais pas gagner cette course. J'étais un peu malade avant le départ, avec des envies de vomir. Mais les choses sont redevenues normales après 30 minutes. J'ai retrouvé une bonne respiration, ce qui m'a redonné de la confiance. Physiquement, je n'étais donc pas au mieux en début de course. Mais je pense que, pour une coureuse de moyenne distance comme moi, c'est mentalement que cette heure a été dure". (Belga)