"Battre le record de Gebrselasie n'était pas facile", a expliqué Mo Farah. "Nous avons pris un bon départ et trouvé très vite le tempo. C'était pour moi un retour sur une piste depuis août 2017. Les organisateurs avaient installé un système de lumières autour de la piste qui m'a vraiment aidé à garder le tempo. J'avais préparé ce rendez-vous et j'étais très en forme à Bruxelles. On peut toutefois être sûr de soi pour une course, mais il faut quand même tenir bon tour après tour, au même rythme. Je suis très content d'avoir battu le record du monde, très content d'être revenu à la compétition, malgré le contexte sanitaire. Nous avons besoin de sport." Bashir Adbi, compagnon régulier d'entraînement de Farah, a, pour sa part, fait coup double vendredi à Bruxelles. Il a battu le record de Belgique réalisé par Gaston Roelants (20,784 km) en 1972 dans ce même stade, encore appelé à l'époque du Heysel, en couvrant la distance de 21,322 kilomètres. Le Belge a également battu le record du monde du 20.000 mètres en passant vendredi en 56:20.02. La meilleure marque appartenait à Haile Gebrselasie (56:25.98). "Nous avons couru plus relax, comme des marathoniens, au début pour hausser le tempo après 15 kilomètres et le contrôler par la suite", a indiqué Bashir Abdi. "Je ne pouvais pas battre Mo Farah qui a toujours la capacité d'une vitesse en plus que moi. Je suis très content de ma course, très content du record du monde et du record de Belgique. Mon but de base était d'aider Mo dans sa tentative. Le Mémorial s'est certes déroulé sans spectateurs mais, pour moi, ce fut quand même un moment extraordinaire." (Belga)

"Battre le record de Gebrselasie n'était pas facile", a expliqué Mo Farah. "Nous avons pris un bon départ et trouvé très vite le tempo. C'était pour moi un retour sur une piste depuis août 2017. Les organisateurs avaient installé un système de lumières autour de la piste qui m'a vraiment aidé à garder le tempo. J'avais préparé ce rendez-vous et j'étais très en forme à Bruxelles. On peut toutefois être sûr de soi pour une course, mais il faut quand même tenir bon tour après tour, au même rythme. Je suis très content d'avoir battu le record du monde, très content d'être revenu à la compétition, malgré le contexte sanitaire. Nous avons besoin de sport." Bashir Adbi, compagnon régulier d'entraînement de Farah, a, pour sa part, fait coup double vendredi à Bruxelles. Il a battu le record de Belgique réalisé par Gaston Roelants (20,784 km) en 1972 dans ce même stade, encore appelé à l'époque du Heysel, en couvrant la distance de 21,322 kilomètres. Le Belge a également battu le record du monde du 20.000 mètres en passant vendredi en 56:20.02. La meilleure marque appartenait à Haile Gebrselasie (56:25.98). "Nous avons couru plus relax, comme des marathoniens, au début pour hausser le tempo après 15 kilomètres et le contrôler par la suite", a indiqué Bashir Abdi. "Je ne pouvais pas battre Mo Farah qui a toujours la capacité d'une vitesse en plus que moi. Je suis très content de ma course, très content du record du monde et du record de Belgique. Mon but de base était d'aider Mo dans sa tentative. Le Mémorial s'est certes déroulé sans spectateurs mais, pour moi, ce fut quand même un moment extraordinaire." (Belga)