"S'il y avait eu 10 degrés en plus au Mémorial Van Damme, on n'aurait pas dit non", a indiqué Fanny Smet qui a franchi le cap des 4m45 avant de coincer trois fois à la hauteur suivante, 4m55. "Les organisateurs ont laissé la championne du monde grecque Katerina Stefanidi choisir la progression des barres, ce qui explique qu'on est passées directement de 4m45 à 4m55. Mais je suis contente de mon concours. Il fallait retrouver la motivation après les Mondiaux et j'ai pu m'y remettre avec des résultats intéressants, 4m35 la semaine passée, 4m45 ce vendredi. Je retiens d'ailleurs de ma saison une très belle régularité, avec 4 sauts au-dessus des 4m40, de nombreux sauts à 4m30 sans problèmes. Je pense que, quand on sait faire ça, on peut penser aux 4m50." La Brabançonne s'estime toutefois à la croisée des chemins et demande du soutien fédéral pour poursuivre. "Je ne peux pas continuer comme ça, à tout donner pour l'athlétisme sans aucun contrat. Nous allons introduire une demande qui, si elle n'aboutit pas, me forcera à faire un choix. Je ne peux en tout cas pas continuer dans les conditions actuelles. J'espère que la Ligue fera le nécessaire pour que je récupère un contrat à temps plein. Sans ça, je rangerai les perches. Mais, au vu de mes performances de 2017, j'ai des arguments. J'espère aussi être invitée au stage du COIB à Lanzarote, ce qui serait une première pour moi." (Belga)

"S'il y avait eu 10 degrés en plus au Mémorial Van Damme, on n'aurait pas dit non", a indiqué Fanny Smet qui a franchi le cap des 4m45 avant de coincer trois fois à la hauteur suivante, 4m55. "Les organisateurs ont laissé la championne du monde grecque Katerina Stefanidi choisir la progression des barres, ce qui explique qu'on est passées directement de 4m45 à 4m55. Mais je suis contente de mon concours. Il fallait retrouver la motivation après les Mondiaux et j'ai pu m'y remettre avec des résultats intéressants, 4m35 la semaine passée, 4m45 ce vendredi. Je retiens d'ailleurs de ma saison une très belle régularité, avec 4 sauts au-dessus des 4m40, de nombreux sauts à 4m30 sans problèmes. Je pense que, quand on sait faire ça, on peut penser aux 4m50." La Brabançonne s'estime toutefois à la croisée des chemins et demande du soutien fédéral pour poursuivre. "Je ne peux pas continuer comme ça, à tout donner pour l'athlétisme sans aucun contrat. Nous allons introduire une demande qui, si elle n'aboutit pas, me forcera à faire un choix. Je ne peux en tout cas pas continuer dans les conditions actuelles. J'espère que la Ligue fera le nécessaire pour que je récupère un contrat à temps plein. Sans ça, je rangerai les perches. Mais, au vu de mes performances de 2017, j'ai des arguments. J'espère aussi être invitée au stage du COIB à Lanzarote, ce qui serait une première pour moi." (Belga)