Sixième performeuse de l'histoire sur 100 mètres avec un chrono de 10.72, elle s'alignera sur le double hectomètre, où elle ambitionne de passer sous les 22.00, son meilleur temps personnel réalisé la saison dernière. "Je suis impatiente de courir. Je me sens un peu comme un bébé à côté d'athlètes qui ont déjà réalisé un temps sous les 22 secondes. Mais je serai dans les starting-blocks avec l'envie de signer un temps rapide. J'ai des ambitions sur les deux distances du sprint, donc mon but est réellement d'y parvenir", a lancé mercredi en conférence de presse la native de Dallas. Cette saison plus que jamais, les sprinteuses semblent en mesure de venir déloger l'Américaine Florence Griffith-Joyner, détentrice des records du monde du 100 (10.49) et 200 mètres (20.34) depuis 1988. "Les records sont là pour être battus", a assuré Richardson, estimant que le niveau du sprint féminin n'avait plus été aussi élevé depuis longtemps. La sprinteuse américaine n'a pas pu participer aux JO. Le 28 juin dernier, elle a été suspendue un mois par l'Agence américaine antidopage (Usada) pour un test positif au cannabis. La jeune femme avait évoqué "un état émotionnel douloureux" après avoir appris la mort de sa mère biologique, pour justifier la prise de stupéfiant. Souriante et arborant une teinture rouge, qui doit refléter son état d'esprit "en feu", la coureuse de poche, 1m55, a évoqué cet incident. "Je vois les choses différemment. Je pense avoir appris des choses sur moi-même et de mes erreurs. Je continue à aller de l'avant et je vais désormais accepter davantage de conseils." Sha'Carri Richardson a la ferme intention de se racheter lors des Mondiaux prévus l'année prochaine à Eugene, dans l'Oregon. "Oui j'ai des regrets de ne pas être allée à Tokyo, mais je dois prendre ça comme une expérience pour grandir. Ma carrière s'annonce encore longue et prometteuse, d'autres choses vont arriver. Je suis excitée de montrer au monde ce dont je suis capable." Arrivée mercredi matin, la sensation du sprint américain a avoué ne pas connaître grand-chose de la Belgique hormis ses chocolats et ses gaufres. "C'est ma première ici à Bruxelles et tout se passe très bien. J'en profite car découvrir un nouveau pays est chaque fois une nouvelle expérience." (Belga)

Sixième performeuse de l'histoire sur 100 mètres avec un chrono de 10.72, elle s'alignera sur le double hectomètre, où elle ambitionne de passer sous les 22.00, son meilleur temps personnel réalisé la saison dernière. "Je suis impatiente de courir. Je me sens un peu comme un bébé à côté d'athlètes qui ont déjà réalisé un temps sous les 22 secondes. Mais je serai dans les starting-blocks avec l'envie de signer un temps rapide. J'ai des ambitions sur les deux distances du sprint, donc mon but est réellement d'y parvenir", a lancé mercredi en conférence de presse la native de Dallas. Cette saison plus que jamais, les sprinteuses semblent en mesure de venir déloger l'Américaine Florence Griffith-Joyner, détentrice des records du monde du 100 (10.49) et 200 mètres (20.34) depuis 1988. "Les records sont là pour être battus", a assuré Richardson, estimant que le niveau du sprint féminin n'avait plus été aussi élevé depuis longtemps. La sprinteuse américaine n'a pas pu participer aux JO. Le 28 juin dernier, elle a été suspendue un mois par l'Agence américaine antidopage (Usada) pour un test positif au cannabis. La jeune femme avait évoqué "un état émotionnel douloureux" après avoir appris la mort de sa mère biologique, pour justifier la prise de stupéfiant. Souriante et arborant une teinture rouge, qui doit refléter son état d'esprit "en feu", la coureuse de poche, 1m55, a évoqué cet incident. "Je vois les choses différemment. Je pense avoir appris des choses sur moi-même et de mes erreurs. Je continue à aller de l'avant et je vais désormais accepter davantage de conseils." Sha'Carri Richardson a la ferme intention de se racheter lors des Mondiaux prévus l'année prochaine à Eugene, dans l'Oregon. "Oui j'ai des regrets de ne pas être allée à Tokyo, mais je dois prendre ça comme une expérience pour grandir. Ma carrière s'annonce encore longue et prometteuse, d'autres choses vont arriver. Je suis excitée de montrer au monde ce dont je suis capable." Arrivée mercredi matin, la sensation du sprint américain a avoué ne pas connaître grand-chose de la Belgique hormis ses chocolats et ses gaufres. "C'est ma première ici à Bruxelles et tout se passe très bien. J'en profite car découvrir un nouveau pays est chaque fois une nouvelle expérience." (Belga)