Le panel d'experts de la Pro League dont font partie l'ancien vice-premier ministre Wathelet, le CEO de la Pro League Pierre François et l'avocat du sport Wouter Lambrechts, a clôturé la semaine dernière la rédaction d'un règlement pour réguler l'intervention des agents de joueurs dans le football. Une initiative qui a comme élément déclencheur "l'opération mains-propres" qui a secoué le football belge en automne dernier. Des nouvelles règles ont donc été imaginées comme par exemple la création d'une 'Clearing House' et l'obligation d'un mandat clairement établi pour l'intervention d'intermédiaires dans le cadre des transferts. La proposition pour le moment a été rejetée par la BFFA, la fédération des agents de football belges. Tous les clubs ne souhaiteraient d'ailleurs pas appliquer ces règles. Celles-ci ne s'écartent pourtant pas des recommandations que le panel d'experts avait présenté en décembre 2018 et qui avaient été approuvées à l'unanimité. Le 6 mai lors de l'Assemblée Générale de la Pro League, ce texte sera soumis au vote. Entre-temps des modifications pourraient être apportées au document. "Il appartient au clubs, qui ont voté pour mettre en place ces principes en décembre 2018, de décider de la direction définitive qu'ils voudront prendre", a déclaré Melchior Wathelet jeudi. Selon la BFFA, ce règlement favoriserait les conflits d'intérêts, garderait les clubs hors d'atteinte et mènerait vers une situation trop peu transparente. Des déclaration auxquelles Wathelet a répondu. "Le projet élaboré par l'Expert Panel repose, tout comme ses recommandations, sur un certain nombre de piliers dont l'objectif commun est d'accroître la transparence dans le football", a-t-il affirmé fermement. "Il est clairement expliqué pour quelles transactions les agents peuvent être engagés et rémunérés tantôt par les clubs et tantôt par les joueurs. En outre, il est nécessaire de mettre en place une Clearing House qui sera dirigée par une autorité indépendante et composée de réviseurs d'entreprises et de juristes eux-aussi indépendants. Ce projet de texte vise à supprimer les conflits d'intérêts. Par exemple, un agent ne pourra plus être payé trois fois dans le cadre de la même transaction, par les deux clubs concernés et par le joueur. Un joueur connaîtra désormais exactement combien un agent gagne pour ses services." Les grincements de dents perçus ces derniers jours étaient attendus par Wathelet qui ne s'en étonne donc pas. "Les textes proposés rejettent l'idée d'un statu quo. Il faut donc s'attendre à ce qu'ils se heurtent à l'opposition de certains groupes. Toutefois, affirmer que cela encourage l'évasion fiscale est une erreur manifeste. Nos propositions de textes visent manifestement le contraire. La Clearing House, par exemple, va ainsi assurer la transparence des transactions." Cette nouvelle règlementation en matière de transparence n'a pas uniquement été soumise aux clubs de Pro League. On a également présenté ces plans au niveau international. Wathelet a rencontré des représentants de la FIFA mardi dernier pour discuter de ce texte. Quelques jours plus tôt, Pierre François avait exposé les réformes lors de la réunion des Ligues Européennes. La Pro League espère ainsi se construire un soutien international pour renforcer son combat pour la transparence dans le football. "Wathelet a reçu la confirmation que le projet du panel d'experts est compatible avec les principes de la FIFA", a fait savoir la Pro League. (Belga)

Le panel d'experts de la Pro League dont font partie l'ancien vice-premier ministre Wathelet, le CEO de la Pro League Pierre François et l'avocat du sport Wouter Lambrechts, a clôturé la semaine dernière la rédaction d'un règlement pour réguler l'intervention des agents de joueurs dans le football. Une initiative qui a comme élément déclencheur "l'opération mains-propres" qui a secoué le football belge en automne dernier. Des nouvelles règles ont donc été imaginées comme par exemple la création d'une 'Clearing House' et l'obligation d'un mandat clairement établi pour l'intervention d'intermédiaires dans le cadre des transferts. La proposition pour le moment a été rejetée par la BFFA, la fédération des agents de football belges. Tous les clubs ne souhaiteraient d'ailleurs pas appliquer ces règles. Celles-ci ne s'écartent pourtant pas des recommandations que le panel d'experts avait présenté en décembre 2018 et qui avaient été approuvées à l'unanimité. Le 6 mai lors de l'Assemblée Générale de la Pro League, ce texte sera soumis au vote. Entre-temps des modifications pourraient être apportées au document. "Il appartient au clubs, qui ont voté pour mettre en place ces principes en décembre 2018, de décider de la direction définitive qu'ils voudront prendre", a déclaré Melchior Wathelet jeudi. Selon la BFFA, ce règlement favoriserait les conflits d'intérêts, garderait les clubs hors d'atteinte et mènerait vers une situation trop peu transparente. Des déclaration auxquelles Wathelet a répondu. "Le projet élaboré par l'Expert Panel repose, tout comme ses recommandations, sur un certain nombre de piliers dont l'objectif commun est d'accroître la transparence dans le football", a-t-il affirmé fermement. "Il est clairement expliqué pour quelles transactions les agents peuvent être engagés et rémunérés tantôt par les clubs et tantôt par les joueurs. En outre, il est nécessaire de mettre en place une Clearing House qui sera dirigée par une autorité indépendante et composée de réviseurs d'entreprises et de juristes eux-aussi indépendants. Ce projet de texte vise à supprimer les conflits d'intérêts. Par exemple, un agent ne pourra plus être payé trois fois dans le cadre de la même transaction, par les deux clubs concernés et par le joueur. Un joueur connaîtra désormais exactement combien un agent gagne pour ses services." Les grincements de dents perçus ces derniers jours étaient attendus par Wathelet qui ne s'en étonne donc pas. "Les textes proposés rejettent l'idée d'un statu quo. Il faut donc s'attendre à ce qu'ils se heurtent à l'opposition de certains groupes. Toutefois, affirmer que cela encourage l'évasion fiscale est une erreur manifeste. Nos propositions de textes visent manifestement le contraire. La Clearing House, par exemple, va ainsi assurer la transparence des transactions." Cette nouvelle règlementation en matière de transparence n'a pas uniquement été soumise aux clubs de Pro League. On a également présenté ces plans au niveau international. Wathelet a rencontré des représentants de la FIFA mardi dernier pour discuter de ce texte. Quelques jours plus tôt, Pierre François avait exposé les réformes lors de la réunion des Ligues Européennes. La Pro League espère ainsi se construire un soutien international pour renforcer son combat pour la transparence dans le football. "Wathelet a reçu la confirmation que le projet du panel d'experts est compatible avec les principes de la FIFA", a fait savoir la Pro League. (Belga)