Vendredi, le parquet fédéral a confirmé qu'il demande le renvoi de 57 personnes (56 personnes physiques et une personne morale, une société) devant le tribunal correctionnel. Le dossier doit à présent être transmis à la chambre des mises en accusation pour le contrôle des méthodes particulières de recherche, après quoi la chambre du conseil devra se pencher sur le renvoi des différents suspects.

"Tant mieux qu'à un moment donné le parquet se positionne puisque ça va permettre de voir à tout le monde qu'est-ce qu'il y a dans le dossier et quelles sont les charges éventuellement retenues à l'encontre des différentes personnes que l'on cite dans le dossier", a expliqué Bayat. "De mon côté c'est évidemment une surprise puisque depuis le début du Football Gate, il y a maintenant un peu plus de trois ans, mon nom n'a jamais été cité, n'est jamais sorti. Le seul moment où on a reçu la visite des enquêteurs en charge de ce dossier à Charleroi, dans le cadre de certains transferts, on a nous-mêmes communiqué tout de suite de manière transparente. On leur a donné toutes les informations qu'ils avaient demandées et après on a été convoqué pour venir répondre à ça et on a à nouveau communiqué de manière transparente. Mais il n'y avait pas eu de suite. Depuis lors, plus rien. C'est vrai que c'est une surprise. Au stade où on en est, c'est la présomption d'innocence, mais bien sûr, ce n'est pas agréable", a détaillé Mehdi Bayat, qui indique qu'il doit "rester lucide et serein".

Vendredi, le parquet fédéral a confirmé qu'il demande le renvoi de 57 personnes (56 personnes physiques et une personne morale, une société) devant le tribunal correctionnel. Le dossier doit à présent être transmis à la chambre des mises en accusation pour le contrôle des méthodes particulières de recherche, après quoi la chambre du conseil devra se pencher sur le renvoi des différents suspects. "Tant mieux qu'à un moment donné le parquet se positionne puisque ça va permettre de voir à tout le monde qu'est-ce qu'il y a dans le dossier et quelles sont les charges éventuellement retenues à l'encontre des différentes personnes que l'on cite dans le dossier", a expliqué Bayat. "De mon côté c'est évidemment une surprise puisque depuis le début du Football Gate, il y a maintenant un peu plus de trois ans, mon nom n'a jamais été cité, n'est jamais sorti. Le seul moment où on a reçu la visite des enquêteurs en charge de ce dossier à Charleroi, dans le cadre de certains transferts, on a nous-mêmes communiqué tout de suite de manière transparente. On leur a donné toutes les informations qu'ils avaient demandées et après on a été convoqué pour venir répondre à ça et on a à nouveau communiqué de manière transparente. Mais il n'y avait pas eu de suite. Depuis lors, plus rien. C'est vrai que c'est une surprise. Au stade où on en est, c'est la présomption d'innocence, mais bien sûr, ce n'est pas agréable", a détaillé Mehdi Bayat, qui indique qu'il doit "rester lucide et serein".