"Les supporters du Standard ont littéralement saccagé la tribune 2 !", fulmine Medhi Bayat, directeur commercial de Charleroi, dans La Libre Belgique. Éric Meurant, responsable de la sécurité au Mambourg, expose une partie des dégâts : "une cinquantaine de sièges arrachés ou brûlés, les canalisations d'eau arrachées, la pelouse brûlée à certains endroits à cause des fumigènes."

En bref, c'était le souk à Charleroi dimanche soir. Le geste de Sébastien Pocognoli, plantant un drapeau du Standard au milieu du terrain carolo, a été très mal perçu en pays noir. Si Olivier Smeets, responsable de la communication du Standard, nous confiait ce lundi recevoir des mails de supporters outrés, Charleroi a régit par l'intermédiaire de Medhi Bayat, qui fustige le geste de Poco. "C'est clairement de l'incitation à la haine, d'où le PV. Cela a surtout créé des problèmes avec certains de nos supporters, qui ne voulaient plus quitter le stade à cause de ça. L'entraîneur du Standard veut apparemment prendre des sanctions et la commission d'éthique doit faire de même", déclarait ce mardi le directeur commercial des Zèbres dans les quotidiens du groupe IPM.

Les excuses de Poco

Le joueur du Standard s'est vu dresser un procès-verbal, mais ne devrait pas se voir infliger une interdiction de stade. Tout au plus, il recevra une amende. Plus tôt dans la journée de lundi, Sébastien Pocognoli avait présenté ses excuses par le biais du site officiel des Rouches : "mon intention n'était en aucun cas de provoquer les supporters du Sporting de Charleroi, club pour lequel j'ai le plus grand respect. Les supporters du Standard ont apporté un soutien énorme à l'équipe durant ce match, et à moi-même en particulier ces dernières semaines. Dans l'euphorie de notre victoire, mon unique intention était de les remercier pour ce soutien qui m'a beaucoup touché. Ce geste était cependant, avec du recul, quelque peu maladroit, et s'il a eu pour effet de blesser une partie des supporters de Charleroi, je tiens à leur présenter mes excuses. Je pense avoir toujours fait preuve d'une attitude respectueuse vis-à-vis de tout le monde sur et en dehors des terrains, et je tiens à ce que cela reste le cas dans l'avenir."

Sportfootmagazine.be

"Les supporters du Standard ont littéralement saccagé la tribune 2 !", fulmine Medhi Bayat, directeur commercial de Charleroi, dans La Libre Belgique. Éric Meurant, responsable de la sécurité au Mambourg, expose une partie des dégâts : "une cinquantaine de sièges arrachés ou brûlés, les canalisations d'eau arrachées, la pelouse brûlée à certains endroits à cause des fumigènes." En bref, c'était le souk à Charleroi dimanche soir. Le geste de Sébastien Pocognoli, plantant un drapeau du Standard au milieu du terrain carolo, a été très mal perçu en pays noir. Si Olivier Smeets, responsable de la communication du Standard, nous confiait ce lundi recevoir des mails de supporters outrés, Charleroi a régit par l'intermédiaire de Medhi Bayat, qui fustige le geste de Poco. "C'est clairement de l'incitation à la haine, d'où le PV. Cela a surtout créé des problèmes avec certains de nos supporters, qui ne voulaient plus quitter le stade à cause de ça. L'entraîneur du Standard veut apparemment prendre des sanctions et la commission d'éthique doit faire de même", déclarait ce mardi le directeur commercial des Zèbres dans les quotidiens du groupe IPM. Les excuses de Poco Le joueur du Standard s'est vu dresser un procès-verbal, mais ne devrait pas se voir infliger une interdiction de stade. Tout au plus, il recevra une amende. Plus tôt dans la journée de lundi, Sébastien Pocognoli avait présenté ses excuses par le biais du site officiel des Rouches : "mon intention n'était en aucun cas de provoquer les supporters du Sporting de Charleroi, club pour lequel j'ai le plus grand respect. Les supporters du Standard ont apporté un soutien énorme à l'équipe durant ce match, et à moi-même en particulier ces dernières semaines. Dans l'euphorie de notre victoire, mon unique intention était de les remercier pour ce soutien qui m'a beaucoup touché. Ce geste était cependant, avec du recul, quelque peu maladroit, et s'il a eu pour effet de blesser une partie des supporters de Charleroi, je tiens à leur présenter mes excuses. Je pense avoir toujours fait preuve d'une attitude respectueuse vis-à-vis de tout le monde sur et en dehors des terrains, et je tiens à ce que cela reste le cas dans l'avenir." Sportfootmagazine.be