Officialisée ce jeudi soir sur les canaux du club trudonnaire, l'arrivée de Pelé Mboyo au Stayen était dans l'air depuis plusieurs jours. Un coup fumant pour les Canaris, car l'éphémère Diable rouge débarque dans le Limbourg avec son expérience et ses qualités de leadership, mais aussi avec une feuille de stats qui facture déjà huit buts et quatre passes décisives en dix-neuf sorties cette saison. Lors du mercato estival, le coach Kevin Muscat pouvait à peine rêver d'une recrue de cette dimen...

Officialisée ce jeudi soir sur les canaux du club trudonnaire, l'arrivée de Pelé Mboyo au Stayen était dans l'air depuis plusieurs jours. Un coup fumant pour les Canaris, car l'éphémère Diable rouge débarque dans le Limbourg avec son expérience et ses qualités de leadership, mais aussi avec une feuille de stats qui facture déjà huit buts et quatre passes décisives en dix-neuf sorties cette saison. Lors du mercato estival, le coach Kevin Muscat pouvait à peine rêver d'une recrue de cette dimension, mais tout semble permis au STVV depuis la nomination de Peter Maes à la tête de l'équipe. Les propriétaires japonais ne reculent pas devant des investissements qui doivent leur permettre d'éviter la relégation.L'opération Mboyo reste avant tout une aubaine. Le contrat de l'attaquant de 33 ans arrivait à expiration en juin, et le buteur des Kerels avait refusé une prolongation de contrat. Les dirigeants du KVK avaient promis à Petit Pelé de ne pas lui mettre de bâtons dans les roues si un club étranger lui offrait une bonne opportunité en janvier, s'affirmant même prêts à le laisser quitter gratuitement le stade des Éperons d'or. Suite à des négociations sans succès avec un club turc, Saint-Trond est alors entré dans la danse. La première rencontre entre Maes et Mboyo s'est avérée déterminante pour la suite des négociations. Convaincu au point de laisser tomber immédiatement les pistes menant à Zinho Gano et Hamdi Harbaoui, Peter Maes demande alors à ses nouveaux dirigeants de se concentrer exclusivement sur Mboyo. Assez logiquement, Courtrai ne voit pas d'un très bon oeil la perspective de laisser filer gratuitement son meilleur buteur chez un concurrent, et exige donc une compensation financière. Le transfert est dans une impasse, jusqu'à l'intervention de l'agent Zouhair Essikal pour débloquer la situation. L'agent fait quelques concessions, et Mboyo en vient même à payer de sa poche une partie des 250.000 euros du transfert.Avec Mboyo, Yuma Suzuki, Duckens Nazon, Oleksandr Filippov et le jeune Nelson Balongo, Maes a désormais cinq attaquants à sa disposition. L'un d'entre eux, au moins, devra quitter le Limbourg dans le courant du mois de janvier. Si Suzuki et Nazon semblent intouchables, c'est surtout Filippov qui doit commencer à se faire du souci pour son avenir au Stayen. Arrivé en septembre de Desna Chernihiv, l'Ukrainien n'est pas encore parvenu à se montrer réellement convaincant lors de ses onze apparitions sous la tunique trudonnaire.