Derrière ses idées offensives et parfois romantiques sur le jeu, Ivan Leko aime aussi compter. Le pragmatisme du Croate dégaine la calculatrice quand il s'agit de faire trembler les filets adverses, comme il l'expliquait récemment dans les colonnes d'Het Laatste Nieuws: "Quand je regarde mon noyau avant la saison, je compte le nombre de buts que mes joueurs peuvent marquer, en faisant une moyenne de leurs trois dernières saisons. Si je veux atteindre de bons résultats dans le championnat belge, j'ai besoin de 55 à 60 buts."

Tout juste installé dans les bureaux du Bosuil, le champion de Belgique 2018 fait ses comptes, et constate rapidement qu'un départ de Dieumerci Mbokani serait une perte considérable dans la colonne des buts marqués. "C'est le meilleur attaquant du championnat, avec une marge importante sur la concurrence. Ses chiffres sont exceptionnels", raconte déjà le Croate au début du printemps.

Après les arrivées de Verstraete et Butez, le séjour prolongé de Mbokani est un nouveau signe des ambitions anversoises.

Les rumeurs de départ inquiètent forcément Leko, mais Lucien D'Onofrio se montre rassurant. Alors que tous les signaux extérieurs semblent indiquer un départ, et que le Taureau d'or lui-même glisse les noms d'Anderlecht, du Standard et de Bruges en marge de son sacre au Soulier d'Ébène, le tout assorti d'un "je suis ouvert à toutes les propositions", le vice-président du Great Old ne semble pas céder à la panique que tente de semer son attaquant. Don Luciano connaît Mbokani depuis plus de dix ans, et sait parfaitement comment négocier avec le buteur congolais, qui aime parler des convoitises venues de l'extérieur pour faire grimper les enchères.

Alors qu'une bonne partie de la Belgique envisage sa venue, les ambitieux Buffalos en tête, D'Onofrio finit par trouver un accord avec son attaquant. Les chemises, les montres et la poignée de mains sont de sortie pour la signature du contrat, annoncée par l'Antwerp ce jeudi au bout de la soirée. "Prolonger mon séjour à l'Antwerp a toujours été mon premier choix", claque le Matricule 1 au nom de Dieu dans un tweet très attendu par ses fans. Comme un signe de l'ambition d'un club qui a déjà attiré Birger Verstraete et Jean Butez dans la métropole, et qui fait circuler les noms d'Edmilson Junior ou de Cyle Larin autour du Bosuil.

Derrière ses idées offensives et parfois romantiques sur le jeu, Ivan Leko aime aussi compter. Le pragmatisme du Croate dégaine la calculatrice quand il s'agit de faire trembler les filets adverses, comme il l'expliquait récemment dans les colonnes d'Het Laatste Nieuws: "Quand je regarde mon noyau avant la saison, je compte le nombre de buts que mes joueurs peuvent marquer, en faisant une moyenne de leurs trois dernières saisons. Si je veux atteindre de bons résultats dans le championnat belge, j'ai besoin de 55 à 60 buts."Tout juste installé dans les bureaux du Bosuil, le champion de Belgique 2018 fait ses comptes, et constate rapidement qu'un départ de Dieumerci Mbokani serait une perte considérable dans la colonne des buts marqués. "C'est le meilleur attaquant du championnat, avec une marge importante sur la concurrence. Ses chiffres sont exceptionnels", raconte déjà le Croate au début du printemps.Les rumeurs de départ inquiètent forcément Leko, mais Lucien D'Onofrio se montre rassurant. Alors que tous les signaux extérieurs semblent indiquer un départ, et que le Taureau d'or lui-même glisse les noms d'Anderlecht, du Standard et de Bruges en marge de son sacre au Soulier d'Ébène, le tout assorti d'un "je suis ouvert à toutes les propositions", le vice-président du Great Old ne semble pas céder à la panique que tente de semer son attaquant. Don Luciano connaît Mbokani depuis plus de dix ans, et sait parfaitement comment négocier avec le buteur congolais, qui aime parler des convoitises venues de l'extérieur pour faire grimper les enchères.Alors qu'une bonne partie de la Belgique envisage sa venue, les ambitieux Buffalos en tête, D'Onofrio finit par trouver un accord avec son attaquant. Les chemises, les montres et la poignée de mains sont de sortie pour la signature du contrat, annoncée par l'Antwerp ce jeudi au bout de la soirée. "Prolonger mon séjour à l'Antwerp a toujours été mon premier choix", claque le Matricule 1 au nom de Dieu dans un tweet très attendu par ses fans. Comme un signe de l'ambition d'un club qui a déjà attiré Birger Verstraete et Jean Butez dans la métropole, et qui fait circuler les noms d'Edmilson Junior ou de Cyle Larin autour du Bosuil.