En 1951, quand Pasquale Mazzù a quitté la Calabre, dans le sud de la Botte, pour les mines belges, il aurait aussi bien pu se retrouver à Genk qu'à Charleroi. À son arrivée, le père Mazzù ne parlait pas français, il savait à peine lire et écrire.
...