Neuf des vingt-deux Grand Prix du championnat du monde de F1 ont été annulés ou reportés à cause du coronavirus. Les épreuves en Australie et à Monaco ont été annulées, alors que celles au Bahreïn, en Chine, au Vietnam, aux Pays-Bas, en Espagne, en Azerbaïdjan et au Canada ont été reportées à une date à déterminer. La saison ne devrait pas débuter avant le Grand Prix de France, le 28 juin, mais celui-ci pourrait se dérouler à huis clos, le président français Emmanuel Macron ayant annoncé lundi soir l'interdiction de tout événement rassemblant du public jusqu'à la mi-juillet en raison de la pandémie de Covid-19. Max Mosley, 80 ans depuis lundi, conseille de tirer un trait sur la saison 2020. "La situation risque d'empirer si on attend", déclare le Britannique dans un entretien à l'agence DPA. "Il n'y a aucune garantie qu'on pourra de nouveau rouler en juillet, c'est même très incertain. Si on annule la saison maintenant, ce sera plus clair pour les équipes et les organisateurs de Grand Prix, qui pourraient ainsi prendre des mesures et planifier l'avenir". Max Mosley, à la tête de la FIA de 1993 à 2009, estime en outre qu'il n'est pas possible d'organiser des GP à huis clos. "Tant qu'on ne sait pas ce que la pandémie va donner d'un point de vue global, il est impossible de faire des plans rationnels pour la F1", dit-il. Jean Todt, l'actuel président de la FIA, a indiqué lundi qu'il espérait que des Grand Prix se tiennent encore devant du public cette année, n'écartant pas toutefois la possibilité de huis clos. "Organiser entre 15 et 18 Grand Prix cette saison me paraît peut-être optimiste, mais ce n'est pas impossible. Tout dépendra du moment où nous pourrons reprendre. Dès que nous saurons quand nous pourrons commencer, nous pourrons organiser deux à trois Grand Prix par mois. Par exemple, si nous commençons en juillet ou en août, puis jusqu'en décembre, nous disposons de cinq ou six mois", déclare le Français. (Belga)

Neuf des vingt-deux Grand Prix du championnat du monde de F1 ont été annulés ou reportés à cause du coronavirus. Les épreuves en Australie et à Monaco ont été annulées, alors que celles au Bahreïn, en Chine, au Vietnam, aux Pays-Bas, en Espagne, en Azerbaïdjan et au Canada ont été reportées à une date à déterminer. La saison ne devrait pas débuter avant le Grand Prix de France, le 28 juin, mais celui-ci pourrait se dérouler à huis clos, le président français Emmanuel Macron ayant annoncé lundi soir l'interdiction de tout événement rassemblant du public jusqu'à la mi-juillet en raison de la pandémie de Covid-19. Max Mosley, 80 ans depuis lundi, conseille de tirer un trait sur la saison 2020. "La situation risque d'empirer si on attend", déclare le Britannique dans un entretien à l'agence DPA. "Il n'y a aucune garantie qu'on pourra de nouveau rouler en juillet, c'est même très incertain. Si on annule la saison maintenant, ce sera plus clair pour les équipes et les organisateurs de Grand Prix, qui pourraient ainsi prendre des mesures et planifier l'avenir". Max Mosley, à la tête de la FIA de 1993 à 2009, estime en outre qu'il n'est pas possible d'organiser des GP à huis clos. "Tant qu'on ne sait pas ce que la pandémie va donner d'un point de vue global, il est impossible de faire des plans rationnels pour la F1", dit-il. Jean Todt, l'actuel président de la FIA, a indiqué lundi qu'il espérait que des Grand Prix se tiennent encore devant du public cette année, n'écartant pas toutefois la possibilité de huis clos. "Organiser entre 15 et 18 Grand Prix cette saison me paraît peut-être optimiste, mais ce n'est pas impossible. Tout dépendra du moment où nous pourrons reprendre. Dès que nous saurons quand nous pourrons commencer, nous pourrons organiser deux à trois Grand Prix par mois. Par exemple, si nous commençons en juillet ou en août, puis jusqu'en décembre, nous disposons de cinq ou six mois", déclare le Français. (Belga)