Le nom de Vanroy figure dans le dossier disciplinaire principalement en raison d'une conversation téléphonique avec Thierry Steemans, directeur financier du FC Malines, au sujet d'Olivier Myny, un joueur de Waasland-Beveren au moment du match incriminé à Malines en playdonws l'an dernier. "C'était une conversation sérieuse entre Thierry Steemans et mon client sur l'avenir de Paulussen et Corryn. Myny est également apparu dans la discussion et Vanroy a signalé que son intérêt avait baissé. 'C'est en fonction du dimanche', a dit Steemans. 'Alors nous sommes très intéressés', a répondu Vanroy. Mais peut-être que mon client a bien répondu de façon drôle. On ne peut pas en être sûr, car cette information manque." Stefaan Vanroy aurait également contacté des joueurs d'Eupen. "Mais ces joueurs eux-mêmes le nient", explique Delbrouck. "Et le fait que mon client, après le match, ait dit: 'Nous ferions mieux de demander à Roef de tout laisser entrer' lors d'une conversation téléphonique prouve qu'il n'y a eu aucune tentative de trucage de match." La semaine dernière, à la demande du président de la commission, le parquet fédéral a mis à disposition les écoutes. "Mais ce n'est pas complet", a prétendu Delbrouck. "La régularité des écoutes téléphoniques ne peut être vérifiée. Il est donc essentiel que les documents relatifs à l'enquête judiciaire soient ajoutés." Maître Delbrouck déclare également que Vanroy n'était pas directeur sportif à l'époque de ce match entre Malines et Waasland-Beveren. Il se réfère aux déclarations des anciens coaches Dennis van Wijk et Jugoslav Lazic et de l'agent de joueurs Walter Mortelmans. "Cela montre que Vanroy n'a pas joué un rôle sportif majeur au sein du club et n'a donc pas eu beaucoup d'influence." Le procureur fédéral Wagner l'assume dans ses requêtes contre le FC Malines et Vanroy lui-même". Vanroy a confirmé dans une courte déclaration que la position de Wagner n'était pas correcte. "Je ne devais prendre la direction sportive que l'année suivante. Lors de ce match, j'étais encore en course avec Rik Vande Velde. Il n'y a jamais eu l'idée au sein du conseil d'administration de truquer un match. Le 6 mars 2018, je suis parti avec des amis en Autriche pour des vacances au ski. J'étais de retour juste à temps pour le match. Je ne pense pas que ce soit quelque chose qu'un directeur sportif ferait juste avant un match crucial. Pendant mon absence, je n'ai presque pas eu de contact avec la direction." (Belga)