Désigné comme un des favoris des Strade Bianche samedi dernier, Van der Poel a terminé 15e de la course toscane, à plus de 10 minutes du vainqueur Wout van Aert. Moins cité parmi les prétendants à la victoire pour Milan-Sanremo, le spécialiste des labourés estime ne pas encore avoir atteint son pic de forme. "Je n'ai pas encore de super sensations", a toutefois concédé le Néerlandais jeudi lors d'une conférence de presse virtuelle. "Ce n'était pas mauvais la semaine dernière mais je n'étais pas comme je l'avais espéré. Donc oui, je pense que d'autres coureurs ont davantage de chance de l'emporter. Si le Néerlandais va faire ses débuts sur la 'Classicissima', il partira sur un même pied d'égalité que les plus expérimentés. En effet, cette 111e édition du Monument italien est très différente des précédentes. La course, disputée habituellement en mars, affiche un parcours modifié et les équipes sont restreintes à six coureurs. "J'en sais autant que le reste, je crois. Ce sera une édition spéciale mais finalement, ce sont les jambes qui feront la différence", a analysé Mathieu van der Poel. (Belga)

Désigné comme un des favoris des Strade Bianche samedi dernier, Van der Poel a terminé 15e de la course toscane, à plus de 10 minutes du vainqueur Wout van Aert. Moins cité parmi les prétendants à la victoire pour Milan-Sanremo, le spécialiste des labourés estime ne pas encore avoir atteint son pic de forme. "Je n'ai pas encore de super sensations", a toutefois concédé le Néerlandais jeudi lors d'une conférence de presse virtuelle. "Ce n'était pas mauvais la semaine dernière mais je n'étais pas comme je l'avais espéré. Donc oui, je pense que d'autres coureurs ont davantage de chance de l'emporter. Si le Néerlandais va faire ses débuts sur la 'Classicissima', il partira sur un même pied d'égalité que les plus expérimentés. En effet, cette 111e édition du Monument italien est très différente des précédentes. La course, disputée habituellement en mars, affiche un parcours modifié et les équipes sont restreintes à six coureurs. "J'en sais autant que le reste, je crois. Ce sera une édition spéciale mais finalement, ce sont les jambes qui feront la différence", a analysé Mathieu van der Poel. (Belga)