Au classement général, grâce aux bonifications, van der Poel dépossède du maillot jaune le Suisse Stefan Küng (Groupama-FDJ), désormais 3e à 4 secondes. Alaphilippe est 2e à une seconde. Dès le départ, trois hommes ont pris la poudre d'escampette : le Français Rémy Rochas, l'Américain Ben King et le Suisse Claudio Imhof, déjà l'attaque la veille. Après une chasse de près de 15 km, le Suisse Matthias Frank s'est joint pour former un quatuor. Celui-ci allait demeurer en tête de la course jusque dans la dernière heure de course. Imhof dut d'abord laisser filer ses trois compagnons dans l'Ohmstalerstrasse (3e cat) à 27 km de l'arrivée. Un kilomètre plus loin ce furent Frank et King qui virent Rochas partir chercher les points du grimpeur. Le peloton emmené par les équipiers de Mathieu van der Poel réduisit nettement les écarts. Et alors que les attaquants avaient moins d'une minute davantage, le champion des Pays-Bas attaqua emmenant 7 coureurs avec lui dont Julian Alaphilippe. La tête du peloton revint. Dès la jonction avec Rochas réalisée, le champion du monde passa à l'offensive dans la descente à un peu plus de 23 km de la banderole finale. Son objectif était le sprint bonification, mais le Français dut se relever cinq kilomètres plus loin. Dès lors, les attaques se multiplièrent sans jamais réussir à surprendre un peloton très attentif. L'Espagnol Ivan Garcia Cortina crut bien réussir mais le peloton le reprit à 700 mètres de la banderole. C'est alors que van der Poel lança le sprint dans la bosse finale, fit tout de suite le trou et s'imposa avec plusieurs longueurs d'avance. Mercredi, la 4e étape entre Sankt Urban et Gstaad, longue de 171 km, comprendra une principale difficulté le col de 2e catégorie Saanenmöser Pass (7,5 km à 4,4 %) dont le sommet est situé à dix kilomètres de l'arrivée dans la prestigieuse station helvétique. (Belga)

Au classement général, grâce aux bonifications, van der Poel dépossède du maillot jaune le Suisse Stefan Küng (Groupama-FDJ), désormais 3e à 4 secondes. Alaphilippe est 2e à une seconde. Dès le départ, trois hommes ont pris la poudre d'escampette : le Français Rémy Rochas, l'Américain Ben King et le Suisse Claudio Imhof, déjà l'attaque la veille. Après une chasse de près de 15 km, le Suisse Matthias Frank s'est joint pour former un quatuor. Celui-ci allait demeurer en tête de la course jusque dans la dernière heure de course. Imhof dut d'abord laisser filer ses trois compagnons dans l'Ohmstalerstrasse (3e cat) à 27 km de l'arrivée. Un kilomètre plus loin ce furent Frank et King qui virent Rochas partir chercher les points du grimpeur. Le peloton emmené par les équipiers de Mathieu van der Poel réduisit nettement les écarts. Et alors que les attaquants avaient moins d'une minute davantage, le champion des Pays-Bas attaqua emmenant 7 coureurs avec lui dont Julian Alaphilippe. La tête du peloton revint. Dès la jonction avec Rochas réalisée, le champion du monde passa à l'offensive dans la descente à un peu plus de 23 km de la banderole finale. Son objectif était le sprint bonification, mais le Français dut se relever cinq kilomètres plus loin. Dès lors, les attaques se multiplièrent sans jamais réussir à surprendre un peloton très attentif. L'Espagnol Ivan Garcia Cortina crut bien réussir mais le peloton le reprit à 700 mètres de la banderole. C'est alors que van der Poel lança le sprint dans la bosse finale, fit tout de suite le trou et s'imposa avec plusieurs longueurs d'avance. Mercredi, la 4e étape entre Sankt Urban et Gstaad, longue de 171 km, comprendra une principale difficulté le col de 2e catégorie Saanenmöser Pass (7,5 km à 4,4 %) dont le sommet est situé à dix kilomètres de l'arrivée dans la prestigieuse station helvétique. (Belga)