Dans une formule traditionnelle, un Anderlecht-Gand devrait être un duel entre deux équipes qui bataillent dans le top 6, synonyme de PO1. Mais en ces temps de pandémie, plus rien n'est vraiment normal. Et vu le parcours des Bruxellois et des Gantois, il est difficile de faire un pronostic valable, tant les deux camps sont réguliers... dans l'irrégularité !

Trebel, un retour qui doit faire du bien

Anderlecht, par contre, est parfaitement régulier dans son stade, au point d'être cette saison la meilleure équipe à domicile avec un bilan de 26 points sur 36. Tout l'inverse de sa productivité en déplacement, un très pauvre onze sur 3, soit le bonnet d'âne de la D1A, partagé avec Mouscron.

Depuis le passage à l'année 2021, l'équipe de Vincent Kompany n'a marqué qu'un seul but sur une phase de plein jeu

Depuis le passage à l'année 2021, l'équipe de Vincent Kompany n'a marqué qu'un seul but sur une phase de plein jeu, en cinq matches. Trop souvent, les Mauves sont contraints de compter sur un penalty qui sera mis au fond par le spécialiste maison, Lukas Nmecha. Il en a tiré huit depuis l'ouverture du championnat et il en a converti sept.

Le retour d'Adrien Trebel, qu'on a revu pendant une mi-temps à Mouscron, est une bonne nouvelle pour cette équipe jeune. Il a toutes les qualités pour être meilleur offensivement que Michel Vlap. Le verra-t-on contre Gand à la pointe du triangle médian avec Josh Cullen et Albert Sambi Lokonga dans son dos ? Ou Vincent Kompany fera-t-il à nouveau confiance à Anouar Ait El Hadj ? Et où placer Abdoulay Diaby, surtout efficace quand il peut tourner derrière l'attaquant de pointe ? En tout cas, les possibilités sont multiples pour Kompany qui a déjà aligné 35 joueurs cette saison, un record.

Les PO2, le vrai objectif gantois

Dans le camp d'en face, Hein Vanhaezebrouck éprouve lui aussi les pires peines à rendre son équipe constante. A Gand aussi, on chipote beaucoup et 29 joueurs ont déjà reçu du temps de jeu depuis l'été 2020.

Le coach est conscient qu'il est maintenant impératif d'aligner une série de bons résultats pour terminer dans le top 8, synonyme de participation aux PO2. Pour l'instant, HVH ne veut pas viser plus haut. Et ça se comprend à partir du moment où La Gantoise n'a toujours engrangé que 31 points (quatorze à la maison, 17 à l'extérieur).

Gand est en panne de créativité, a du mal à mettre du tempo dans son jeu et ne parvient pas à mettre en place des infiltrations efficaces.

Gand est en panne de créativité, a du mal à mettre du tempo dans son jeu et ne parvient pas à mettre en place des infiltrations efficaces. C'était son point fort la saison dernière avec Jonathan David, et cette saison, ces problèmes s'expliquent aussi par les absences de Vadis Odjidja et Giorgi Chakvetadze.

Contre Saint-Trond, on a de nouveau constaté que cette équipe peinait pour faire mal à une équipe qui joue bas. Par contre, on a vu à Louvain que Gand pouvait prendre à froid des adversaires qui pressent très haut. Dans des situations pareilles, des gars comme Sven Kums, Osman Bukari et Roman Yaremchuk peuvent faire très mal.

Dans une formule traditionnelle, un Anderlecht-Gand devrait être un duel entre deux équipes qui bataillent dans le top 6, synonyme de PO1. Mais en ces temps de pandémie, plus rien n'est vraiment normal. Et vu le parcours des Bruxellois et des Gantois, il est difficile de faire un pronostic valable, tant les deux camps sont réguliers... dans l'irrégularité !Anderlecht, par contre, est parfaitement régulier dans son stade, au point d'être cette saison la meilleure équipe à domicile avec un bilan de 26 points sur 36. Tout l'inverse de sa productivité en déplacement, un très pauvre onze sur 3, soit le bonnet d'âne de la D1A, partagé avec Mouscron.Depuis le passage à l'année 2021, l'équipe de Vincent Kompany n'a marqué qu'un seul but sur une phase de plein jeu, en cinq matches. Trop souvent, les Mauves sont contraints de compter sur un penalty qui sera mis au fond par le spécialiste maison, Lukas Nmecha. Il en a tiré huit depuis l'ouverture du championnat et il en a converti sept.Le retour d'Adrien Trebel, qu'on a revu pendant une mi-temps à Mouscron, est une bonne nouvelle pour cette équipe jeune. Il a toutes les qualités pour être meilleur offensivement que Michel Vlap. Le verra-t-on contre Gand à la pointe du triangle médian avec Josh Cullen et Albert Sambi Lokonga dans son dos ? Ou Vincent Kompany fera-t-il à nouveau confiance à Anouar Ait El Hadj ? Et où placer Abdoulay Diaby, surtout efficace quand il peut tourner derrière l'attaquant de pointe ? En tout cas, les possibilités sont multiples pour Kompany qui a déjà aligné 35 joueurs cette saison, un record.Dans le camp d'en face, Hein Vanhaezebrouck éprouve lui aussi les pires peines à rendre son équipe constante. A Gand aussi, on chipote beaucoup et 29 joueurs ont déjà reçu du temps de jeu depuis l'été 2020.Le coach est conscient qu'il est maintenant impératif d'aligner une série de bons résultats pour terminer dans le top 8, synonyme de participation aux PO2. Pour l'instant, HVH ne veut pas viser plus haut. Et ça se comprend à partir du moment où La Gantoise n'a toujours engrangé que 31 points (quatorze à la maison, 17 à l'extérieur).Gand est en panne de créativité, a du mal à mettre du tempo dans son jeu et ne parvient pas à mettre en place des infiltrations efficaces. C'était son point fort la saison dernière avec Jonathan David, et cette saison, ces problèmes s'expliquent aussi par les absences de Vadis Odjidja et Giorgi Chakvetadze.Contre Saint-Trond, on a de nouveau constaté que cette équipe peinait pour faire mal à une équipe qui joue bas. Par contre, on a vu à Louvain que Gand pouvait prendre à froid des adversaires qui pressent très haut. Dans des situations pareilles, des gars comme Sven Kums, Osman Bukari et Roman Yaremchuk peuvent faire très mal.