Fin septembre, Chris Van Puyvelde a signé un contrat de quatre ans en Chine, au poste de directeur technique. L'UB n'a pas réattribué le poste. Le CEO Peter Bossaert, déjà confronté à l'Opération Mains Propres, devait encore s'initier à toutes les matières footballistiques et il avait demandé à Roberto Martinez de mener à bien les projets qu'il avait en tête.

La semaine passée, le coach fédéral précisait à cet sujet : "J'ai pris plaisir à combiner le poste de DT à celui de sélectionneur mais il faut maintenant discuter de ce sujet avec Peter." Aux yeux de Martinez, il faut un nouveau DT en novembre pour lui permettre de se concentrer sur l'équipe nationale. Van Puyvelde était issu de la Pro League, où il avait en charge l'aspect sportif. Le nouvel homme fort viendra-t-il une fois encore du football professionnel? Ces derniers mois, Martinez a été impressionné par le travail d'Ariël Jacobs.

"Il occupe un poste très intéressant au sein de la Pro League. Il tente de rassembler les gens afin d'améliorer le développement des footballeurs. Il possède énormément d'expérience. Il faut quelqu'un qui ait une vision neutre et puisse mettre le doigts sur les problèmes qui se présentent, des problèmes qu'ont tous les pays." En d'autres termes, serait-il un bon DT? Martinez : "Ce n'est pas moi qui décide."

Jacobs a de longs états de service à la fédération. Il y a occupé différentes fonctions de 1982 à 1998 : entraîneur des jeunes, sélectionneur-adjoint et directeur technique. Puis il a rejoint le RWDM. Après son dernier mandat d'entraîneur, en 2014 à Valenciennes, il est devenu consultant de Double Pass, une société qui analyse le fonctionnement des clubs et des fédérations dans le monde entier.

En janvier, Pierre François lui a proposé le poste de président de la commission des jeunes. Il s'agissait de diriger trois réunions. Il en a fait un emploi à mi-temps. Jacobs ne manque pas de travail puisqu'il continue à travailler pour Double Pass et qu'il est le mentor des candidats à la Pro License.

Par Peter T'Kint